Ligue 1 : Lyon-Saint-Étienne, entre éternelles polémiques et envie de podium

, modifié à
  • A
  • A
OL, Lyon, supporters lyonnais crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP - 1280
Avec le podium en ligne de mire et la traditionnelle inimitié qui les oppose, le match entre Lyon et Saint-Étienne promet d'être intense. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Comme d'habitude, le derby entre Lyon et Saint-Étienne, vendredi soir, charrie son lot de polémiques. Il sera également important d'un point de vue sportif.

Le 117ème derby de l'histoire entre Lyon et Saint-Étienne se profile vendredi, à 20h45, avec ses éternelles polémiques hors terrain, exacerbées par l'enjeu entre deux clubs lancés dans la course au podium et qui espèrent en éloigner leur éternel rival.

Les Stéphanois interdits de stade à Lyon. Précédant l'explication sur le terrain, les débats d'avant-match se sont concentrés pendant la trêve internationale sur les tribunes, où les supporters stéphanois seront absents, comme depuis 2013. Après plusieurs refus de venir les années précédentes, estimant insuffisant leur quota de places, les Stéphanois sont cette fois interdits de déplacement, comme en février, cette fois par la Ligue de football professionnel (LFP) et la Préfecture du Rhône. Le recours engagé par le club du Forez auprès du Tribunal administratif de Lyon contre l'arrêté préfectoral a été rejeté, et celui engagé auprès de la Fédération française de football (FFF) est resté sans réponse.

Des incidents il y a un an. Des supporters ont malgré tout clamé leur envie d'effectuer les 60 kilomètres qui les séparent de Décines, où se trouve le Groupama Stadium, avec ou sans billet. De quoi accentuer la tension entre les fans issus de deux villes culturellement opposées, dans les grandes lignes Lyon la bourgeoise et Saint-Étienne l'ouvrière, alors que des incidents survenus il y a un an sont encore dans les esprits.

Le 5 novembre 2017, certains des 850 supporters lyonnais présents à Geoffroy-Guichard avaient commis d'importantes dégradations à l'issue d'un derby électrique, interrompu à deux reprises, que Saint-Étienne avait terminé battu et humilié à domicile sur le score sans appel de 5-0. En fin de match, le terrain avait été envahi depuis la tribune nord pendant que le Lyonnais Nabil Fekir, double buteur, brandissait son maillot face à une tribune sud au bord de l'ébullition. La seconde manche, plus calme, s'était conclue sur un score de parité (1-1), le 25 février.

Le podium en ligne de mire. Côté sportif, les deux clubs ont le podium en ligne de mire et restent sur une victoire à Guingamp pour l'OL (4-2) et contre Reims pour l'ASSE (2-0). Lyon, 4ème à un point de Montpellier et invaincu depuis sa déroute à Paris le 7 octobre (5-0), peine toutefois à entretenir une dynamique positive, notamment en raison de bévues spectaculaires sur la scène européenne, comme ce match nul concédé le 7 novembre face à Hoffenheim en Ligue des Champions (2-2) après avoir mené de deux buts à onze contre dix.

L'OL favori selon Genesio. L'entraîneur de Lyon, Bruno Genesio, a pourtant estimé jeudi en conférence de presse que l'OL était "favori" du derby en raison d'un budget et d'un nombre d'internationaux supérieurs. "Nous sommes favoris mais c'est sur le terrain qu'on doit le montrer. Nous avons plus de joueurs internationaux que les Verts et un budget plus important", a-t-il reconnu. "Ce sera un match très difficile", a prévenu le technicien rappelant que "Lyon avait répondu présent sur les grands matches". "Et c'est un grand match. C'est certainement l'affiche la plus excitante pour nous, les deux plus grands matches à jouer dans la saison. Pour nous comme pour les Stéphanois, ce sont deux rencontres à part. Nous sommes bien préparés et c'est le premier d'une belle série de matches", a-t-il encore dit. Mardi, l'OL recevra en effet Manchester City en Ligue des champions.