Ligue 1 : dispositif de sécurisation renforcé pour PSG-OL dimanche

  • A
  • A
Des incidents ont éclaté entre les forces de l'ordre et quelques centaines de personnes cagoulées après le match contre Belgrade. Image d'illustration.
Des incidents ont éclaté entre les forces de l'ordre et quelques centaines de personnes cagoulées après le match contre Belgrade. Image d'illustration. © PASCAL GUYOT / AFP
Partagez sur :
La préfecture craint des affrontements entre supporters parisiens et lyonnais, alors que des heurts ont éclaté mercredi soir, après la victoire du PSG contre l'Étoile rouge de Belgrade

Un dispositif de sécurisation renforcé sera mis en place dimanche soir à l'occasion du choc de la 9e journée de L1 de football entre le Paris SG et l'Olympique lyonnais, a annoncé la préfecture de police de Paris vendredi.

Cette décision du préfet de police Michel Delpuech, est motivée par "le comportement de certains supporters parisiens à l'issue du match contre l'Étoile Rouge de Belgrade le 3 octobre dernier, et au vu des risques d'affrontements entre supporters parisiens et lyonnais", a précisé la préfecture dans un communiqué.

Des unités de police de la préfecture et des forces mobiles. Outre les traditionnelles mesures de circulation et d'interdiction de vente et de consommation d'alcool sur la voie publique, des unités de police de la préfecture et des forces mobiles assureront la sécurisation générale du stade et de ses abords "mais aussi des possibles lieux de rassemblement afin d'éviter tout trouble à l'ordre public et tout débordement de supporters violents".

Mercredi soir, à l'issue de la rencontre de Ligue des champions entre le PSG et le club serbe de l'Étoile rouge de Belgrade (6-1), des incidents ont éclaté aux abords du stade. Entre 300 et 400 individus cagoulés équipés de fumigènes ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui avaient répliqué avec des gaz lacrymogènes.

Des ultra lyonnais également impliqués dans des incidents ces derniers mois. À l'intérieur du Parc des Princes, des fumigènes ont également été allumés par les ultras parisiens. Ces débordements ont provoqué l'ouverture d'une enquête disciplinaire de l'UEFA. Ce match avait déjà fait l'objet d'un "dispositif renforcé", avec 850 policiers et gendarmes déployés.

Certains ultras lyonnais se sont également signalés par de nombreux incidents, depuis plusieurs mois : salut nazi d'un supporter, tracts injurieux visant le rival marseillais, débordements violents et affrontements contre les forces de l'ordre en marge de rencontres européennes.