Ligue 1 : ce qu'on a aimé, ce qu'on n'a pas aimé

, modifié à
  • A
  • A
Nicolas Pépé et Kylian Mbappé sont les deux meilleurs buteurs de la saison en Ligue 1.
Nicolas Pépé et Kylian Mbappé sont les deux meilleurs buteurs de la saison en Ligue 1. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :
La 38ème et dernière journée de Ligue 1 a eu lieu vendredi soir. En guise de bilan, Europe 1 distribue les bons et les mauvais points.

La 38ème et dernière journée de de la saison 2018-19 de Ligue 1 a eu lieu vendredi, et il ne reste plus désormais comme échéance que le seul barrage Ligue 1/Ligue 2. Largement dominée par le PSG, cette saison nous aura offert du suspense dans la course à l'Europe et la lutte pour le maintien. Europe 1 distribue ses bons et ses mauvais points.

Ce qu'on a aimé...

Le phénomène Mbappé. On l'attendait à un haut niveau, mais peut-être pas aussi tôt. Cette saison, Kylian Mbappé a éclaboussé le Championnat de son talent. Meilleur buteur de Ligue 1 avec 33 buts, le champion du monde 2018 a pris une nouvelle dimension cette saison, en remplaçant au pied levé comme homme providentiel du PSG à la fois Edinson Cavani et Neymar, régulièrement blessés. Mais à 20 ans, Kylian Mbappé a encore une marge de progression. Il n'a pas su peser dans tous les grands-rendez vous, et a été l'auteur de quelques coups de sangs, avec deux cartons rouges récoltés cette saison. Et le Parisien, élu meilleur joueur et meilleur espoir de la saison aux Trophées UNFP, a eu cette déclaration fracassante au sujet de son avenir, en souhaitant avoir "plus de responsabilités". En Ligue 1 ?

La belle saison de Lille. Du cauchemar au rêve, en quelques mois, pour les Dogues. Maintenu à la 37ème journée en 2018 à l'issue d'une saison compliquée, le Losc a cette fois été époustouflant. Les hommes de Christophe Galtier viennent de terminer à la deuxième place, et disputeront la Ligue des Champions la saison prochaine. Emmenés par un Nicolas Pépé au sommet (22 buts, 11 passes décisives), les Lillois ont été l'équipe surprise de l'année. À un degré moindre, Saint-Étienne a également réalisé une belle saison, en terminant à la quatrième place. Les hommes de Jean-Louis Gasset, qui quitte son poste d'entraîneur, disputeront la Ligue Europa en septembre prochain.

La belle saison des promus. Qui a dit qu'un promu devait obligatoirement jouer le maintien ? Cette saison, le Stade de Reims et le Nîmes Olympique ont prouvé tout le contraire. Avant de s'écrouler sur la fin, les Rémois se sont immiscés dans la course à l'Europe une partie de la saison, intégrant même le Top 5 à la mi-mars. Pour le Nîmes Olympique, le maintien a également été obtenu tranquillement. Les Gardois s'offrent même le luxe de terminer dans la première partie de tableau, grâce à une attaque flamboyante, et à son milieu Téji Savanier, meilleur passeur du championnat.

L'émergence de nouveaux Bleus. Tout justes champions du monde, les Bleus ont vu émerger de nouveaux visages cette saison. Cet automne, les Lyonnais Tanguy Ndombele et Ferland Mendy ont connu leurs premières sélections en équipe de France. Au mois de juin, ils seront sans doute rejoints par leur coéquipier Léo Dubois et le gardien lillois Mike Maignan, appelés en Bleus pour la première fois par Didier Deschamps. D'autres révélations de cette saison de Ligue 1 toquent à la porte de l'équipe de France, comme Houssem Aouar (Lyon) ou Kenny Lala (Strasbourg). La ligue des talents !

Ce qu'on n'a pas aimé...

Le manque de suspense pour le titre. Malgré sa fin de saison compliquée, après l'élimination en huitièmes de finale de la Ligue des Champions par Manchester United (2-0, 1-3) et marquée par la défaite en finale de Coupe de France contre Rennes (2-2 ap, 6-5 aux t.a.b.), le Paris Saint-Germain n'aura pas eu de mal à s'offrir son huitième titre de champion de France. Avec plus de 90 points au compteur, le club de la capitale n'a eu aucun concurrent pour le titre. Son dauphin, Lille, finit avec 16 points de retard. Dès le début de la saison, le titre ne faisait plus aucun doute, tant la domination parisienne sur la Ligue 1 semblait forte. Qu'elle semble loin la saison 2016-17, avec ce duel sans merci entre le PSG et Monaco pour le titre, finalement à l'avantage de l'ASM...

La saison décevante de certains cadors. Si le PSG a largement dominé la saison, d'autres cadors ont déçu. Vice-champion de France en titre, Monaco n'a pas su tenir son rang, et a bataillé tout la saison pour son maintien, acquis avec un nombre de points particulièrement faible (36). Plus haut au classement, l'Olympique de Marseille a lui aussi déçu. Les Marseillais, cinquièmes, ne disputeront aucune coupe d'Europe la saison prochaine. Ils ont également vécu des éliminations historiques en Coupe de France, face à Andrézieux (2-0), pensionnaire de National 2, et en Ligue Europa, avec une quatrième place et un seul point pris dans leur groupe, dans une compétition où les Phocéens étaient pourtant finalistes en titre. La saison ratée de l'OM a d'ailleurs conduit au départ de Rudi Garcia.

Les nombreuses interdictions de déplacement. Ce n'est pas une nouveauté, mais cela reste toujours un problème pour le coté festif de notre Championnat. Cette saison encore, 67 rencontres se sont disputées sans supporters visiteurs, ou en nombre restreint, rien qu'en Ligue 1. Certaines affiches, qui permettent au championnat d'être visible à l'étranger, comme les PSG-OM ou les OL-ASSE, ont par exemple été concernées. Alors que la Ligue de football professionnel (LFP) encourage depuis plusieurs saisons les supporters à se rendre au stade, et a récemment imposé à tous les clubs un tarif unique de 10 euros en tribunes visiteurs, ces nombreuses interdictions de déplacement, parfois intempestives, semblent aller dans le sens contraire...

Le calendrier chamboulé et illisible. Suite au mouvement des "gilets jaunes", dont les manifestations ont lieu chaque samedi depuis cet automne, la LFP, sur demande du ministère de l'Intérieur ou des préfectures, a été obligé de décaler de nombreuses rencontres de Ligue 1. Cet hiver, il n'était d'ailleurs par rare de n'avoir que trois ou quatre rencontres programmées le week-end, et les autres reportées en semaine. Le classement du Championnat est alors rapidement devenu totalement illisible, puisque tous les clubs n'avaient pas joué le même nombre de matches. Et l'ultime journée de Ligue 1 a d'ailleurs été exceptionnellement programmée un vendredi, au lieu du samedi, sur demande du ministère de l'Intérieur…