Le cycliste Groenewegen suspendu neuf mois suite à la grave chute de Jakobsen (UCI)

, modifié à
  • A
  • A
La chute du jeune cycliste a été particulièrement brutale.
La chute du jeune cycliste a été particulièrement brutale. © AFP
Partagez sur :
Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) a été suspendu neuf mois pour avoir fait chuter violemment son compatriote Fabio Jakobsen lors du sprint de la première étape en Pologne. Celui-ci avait ensuite été dans le coma pendant plusieurs jours et avait dû subir une opération de la tête.

Le cycliste néerlandais Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) a été suspendu neuf mois pour avoir fait lourdement chuter son compatriote Fabio Jakobsen lors du Tour de Pologne le 5 août dernier, a annoncé mercredi l'Union cycliste internationale (UCI).

"Je suis reconnaissant d'être en vie"

Suspendu "jusqu'au 7 mai 2021" par l'UCI, Groenewegen avait, lors du sprint de la première étape du tour de Pologne, envoyé Jakobsen dans les barrières et provoqué une chute collective. Fabio Jakobsen avait été tassé par Dylan Groenewegen dans un sprint à pleine vitesse, en faux-plat descendant, et projeté par dessus les barrières. Plongé près de deux jours dans un coma artificiel, il avait été opéré cinq heures à la tête, puis a subi en octobre une opération de reconstruction du visage.

"Je suis vraiment reconnaissant d'être en vie", avait ensuite déclaré le champion des Pays-Bas, âgé de 23 ans. Gronewegen, opéré pour sa part d'une clavicule cassée, s'était confondu en excuses sur Twitter et à la télévision néerlandaise, et avait été suspendu par son équipe Jumbo-Visma jusqu'à ce que la commission disciplinaire de l'UCI tranche son cas.

Une violation des règles

Pendant l'enquête, le coureur de 27 ans "a reconnu avoir dévié de sa ligne et commis une violation des règles de l'UCI", indique l'instance, précisant qu'il participerait pendant sa suspension "à un certain nombre d'événements au bénéfice de la communauté cycliste. L'UCI souligne l'importance d'agir d'un point de vue disciplinaire sur ce type d'incidents, de manière juste et cohérente, ainsi que de travailler sans cesse à améliorer la sécurité sur la route", ajoute l'organisation basée à Aigle, en Suisse.

 

L'organisateur du Tour de Pologne avait aussi été pointé du doigt pour le choix d'une arrivée en légère descente, ainsi que pour le type de barrières utilisé. La course avait été le théâtre d'une autre lourde chute lors de la 3e étape, qui avait valu au Français Mickaël Delage un séjour à l'hôpital. La chute de Jakobsen était intervenue un an jour pour jour après la mort de l'espoir belge Bjorg Lambrecht (22 ans), décédé après avoir chuté et heurté une structure en béton sur ce même Tour de Pologne.