"Il ne faut pas avoir peur de sanctionner les tricheurs" estime Renaud Lavillenie

  • A
  • A
2:00
© AFP
Partagez sur :
Face aux multiples cas de dopage, Renaud Lavillenie et d'autres têtes d'affiche de l'athlétisme français sont montés au créneau. Invité, ce jeudi, de Matthieu Belliard dans la matinale d'Europe 1, Renaud Lavillenie évoque la nécessité de sanctionner les tricheurs, à neuf mois des Jeux olympiques de Tokyo. 

"Nous, athlètes de l'équipe de France d'Athlétisme, souhaitons aujourd'hui faire entendre notre voix". C'est par ces mots que Renaud Lavillenie a publié un communiqué sur son compte officiel instagram. Dans une lettre ouverte et face à un contexte hostile, les athlètes français appellent au calme et à l'unité, à maintenant neuf mois des Jeux Olympiques de Tokyo. Face aux accusations de dopage que subi l'athlétisme français, Renaud Lavillenie rappelle ce jeudi dans la matinale, l'importance pour "la Fédération de prendre conscience que tout ce qui se passe en ce moment à une incidence sur les athlètes."

Le champion olympique 2012 estime également que "le public doit comprendre qu'il n'y a pas que des choses à reprocher aux athlètes et à la fédération. C'est un message à faire passer à tout le monde". Dans cette lettre, Renaud Lavillenie souligne également "le travail des agences antidopage" avant de rappeler que l'athlétisme est un sport "touché par le phénomène de dopage"

Entendu sur europe1 :
Il ne faut pas avoir peur de sortir les tricheurs, de les sanctionner

S'il se montre très dur envers les cas de dopage, Renaud Lavillenie estime qu'en athlétisme, "Il ne faut pas avoir peur de sanctionner les tricheurs. Plus il y en aura, et mieux ce sera". Renaud Lavillenie ne loupe pas l'occasion d'avertir les prochains tricheurs, "ceux qui veulent venir dans notre sport pour tricher, auront plus de chance de se faire attraper que de rester 'icognito' et je pense que c'est quelque chose de très important." 

S'il aura déjà 34 ans l'année prochaine, Renaud Lavillenie déclare l'union sacré, "À quelques mois des jeux, on a besoin de retrouver un peu de stabilité. Il est important de penser avant tout aux athlètes. Dans quelques mois, c'est nous qui seront sur la piste pour essayer de défendre au plus haut les couleurs de la France." 

Europe 1
Par François Dujarrier