Gymnastique : la directrice de la fédération américaine a démissionné

, modifié à
  • A
  • A
Kerry Perry avait pris ses fonctions de directrice générale en décembre dernier.
Kerry Perry avait pris ses fonctions de directrice générale en décembre dernier. © AFP
Partagez sur :
Après une nouvelle polémique liée à l'affaire Nassar, ce médecin qui a abusé sexuellement de centaines de gymnastes, la directrice générale de la Fédération américaine de gymnastique Kerry Perry a quitté son poste.

La directrice générale de la Fédération américaine de gymnastique Kerry Perry a démissionné après une nouvelle polémique liée à l'affaire Nassar, ce médecin qui a abusé sexuellement de centaines de gymnastes pendant deux décennies. Kerry Perry a été poussée vers la sortie et son départ a été officialisé mardi.

Une nouvelle polémique. Elle avait pris ses fonctions de directrice générale, dirigeant le plus important dans les fédérations sportives aux États-Unis, en décembre dernier en remplacement de Steve Penny, contraint à la démission en mars 2017 en pleine affaire Nassar. C'est encore l'affaire Nassar, l'un des plus graves scandales de l'histoire du sport américain, qui a eu raison de Perry.

En début de semaine dernière, USA Gymnastics avait en effet nommé au poste de coordinatrice du haut-niveau Mary Lee Tracy. Or cette nomination est mal passée auprès des victimes de Nassar, car Mary Lee Tracy avait affiché publiquement en 2016 son soutien à l'ancien médecin de l'équipe des Etats-Unis, accusé déjà à l'époque par plusieurs gymnastes.

Les victimes indignées. "Toutes mes gymnastes qui ont été sélectionnées olympiques ont travaillé avec lui : il les a protégées, il a pris soin d'elles, il a travaillé avec elles et leurs parents, il a été extraordinaire", avait alors assuré Mary Lee Tracy. Devant l'indignation des victimes de Nassar, dont la double championne olympique par équipes Aly Raisman, devenue l'une des figures de proue de leur combat, USA Gymnastics est revenu sur sa décision, après un certain flottement. Cela avait d'ailleurs incité la directrice générale du Comité Olympique américain (Usoc) Sarah Hirshland à taper du poing sur la table et à réclamer une nouvelle refonte de la direction, déjà renouvelée complètement à la demande de l'Usoc.