Geraint Thomas à terre : "Une chute, ce n'est jamais sans gravité", estime Jérôme Pineau

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le vainqueur sortant du Tour de France, le Gallois Geraint Thomas, a chuté dans un virage lors de la 16ème étape autour de Nîmes, mardi. 
L'AVIS DE

Geraint Thomas, vainqueur sortant du Tour de France et 2ème du classement général à 1'35" de Julian Alaphilippe, a chuté une troisième fois depuis le début de la Grande Boucle, jeudi, sur la route dessinée au nord de Nîmes. Comme les deux premières fois, le Gallois, qui est allé au sol tout seul dans un virage, est reparti sans dommage apparent. "J'ai juste rouvert une vieille cicatrice, donc évidemment, ça saignait. J'avais les mains sur le guidon et les engrenages ont sauté et se sont bloqués. J'ai été éjecté de mon vélo au coin de la rue", a réagi le dossard n°1 sur le site de son équipe. "Je savais que la course n’était pas encore totalement lancée (la chute a eu lieu un peu moins de 50 kilomètres après le départ, ndlr) -, donc il s'agissait juste de revenir dans le peloton. Mais c’était frustrant bien sûr. Ce fut un accident bizarre."

Pour le directeur général de l'équipe Vital Concept-B&B Hotels (Continental Pro), Jérôme Pineau, qui était l'invité du Club Tour, mardi, une chute n'est jamais sans conséquence. "On attaque la troisième semaine, et ce n'est jamais sans gravité, parce qu'il faut dormir", souligne celui qui est aussi l'un des ambassadeurs médiatiques de Mécenat Chirurgie cardiaque, dont "l'étape du coeur" a eu lieu mardi, à Nîmes. "Ce soir (mardi soir), il va faire très chaud, avec un coureur qui va être fatigué. Et avec cette chaleur dans les hôtels, ce n'est jamais facile de s'endormir. En plus, il (Thomas) est blessé, ça va coller, il va falloir soigner tout ça. Ce n'est jamais très bon d'attaquer une dernière semaine avec des plaies. On verra, mais peut-être que ça va être préjudiciable pour lui et son équipe."

Entendu sur europe1 :
Sur les images, on constate qu'il fait une bonne glissade…

Notre consultant, Thomas Voeckler, partage le même avis. "Tout le monde a insisté sur le fait que c'était sans gravité… Moi, je n'avais pas encore vu les images", a réagi l'ancien coureur de l'équipe Direct Énergie. "Mais quand j'ai vu ces images, on constate qu'il (Thomas) fait une bonne glissade, avec la chaleur, 38°C, la peau contre le béton - on peut dire la peau car ce n'est pas maillot d'un dixième de millimètre d'épaisseur qui protège -, attention, c'est sa troisième chute depuis le début du Tour…"

Du côté de chez Ineos, on se voulait rassurant mardi soir. "Il est OK, il a été un peu surpris par cet incident", a confié l'un des deux directeurs sportifs de l'équipe Ineos, Nicolas Portal. "Mais il a vu le docteur rapidement et je pense qu'il a juste un souci mineur, donc, tout est bon. On a eu de la chance." Les jours prochains nous diront si oui ou non, Thomas a bien eu de la chance, mardi…