France-Moldavie : les Bleus "n'étaient pas dedans", reconnaît Antoine Griezmann

, modifié à
  • A
  • A
Antoine Griezmann n'a pas véritablement brillé, jeudi soir. 0:56
Antoine Griezmann n'a pas véritablement brillé, jeudi soir. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
La France s'est difficilement imposée contre la Moldavie, jeudi soir, à Saint-Denis (2-1), grâce à des buts de Raphaël Varane et Olivier Giroud. Mais la prestation des Bleus de Didier Deschamps a été très poussive face à un bloc moldave très bas. Pour le meneur de jeu Antoine Griezmann, les tricolores n'ont "pas fait un bon match".

L'essentiel est là : la France, qualifiée pour l'Euro 2020 avant même de disputer son avant-dernier match des éliminatoires, a ravi la première place du groupe H à la Turquie à la faveur de sa victoire contre la Moldavie, jeudi soir (2-1). Mais sur le plan du jeu, la prestation des Bleus laisse à désirer, en termes de concentration défensive et d'animation offensive. Les tricolores interrogés après la rencontre n'ont pas cherché à cacher leurs difficultés à venir à bout des modestes Moldaves.

Les Bleus déjà tournés vers l'Albanie

"On n'a pas fait un bon match, on n'était pas dedans, surtout en première période", assume Antoine Griezmann, difficilement parvenu à faire la différence face à un bloc resserré. "Le coach nous a boostés à la mi-temps mais cela s'est vu qu'on n'était pas bien sur le dernier geste. On ne peut retenir que la victoire. On va essayer de gagner en Albanie, ça va être compliqué car ça va être le match de leur saison. Il faut bien récupérer, être prêt pour gagner car ce qui nous intéresse c'est la première place." Une victoire en Albanie permettrait aux Bleus de rester premiers et de s'éviter un tirage compliqué.

" Ils jouaient à cinq derrière, très resserrés. On n'a pas du tout été à notre niveau en première mi-temps "

"On s'attendait à un match compliqué", abonde Benjamin Pavard, latéral droit plutôt en verve jeudi soir. "Ils jouaient à cinq derrière, très resserrés. On n'a pas du tout été à notre niveau en première mi-temps. En deuxième période, on a rectifié le tir, mis plus d'intensité, on s'est projeté plus vers l'avant."

Mais la mentalité pragmatique de Didier Deschamps a décidément infusé chez ses joueurs : "On voulait gagner ce soir, c'est chose faite", poursuit Benjamin Pavard. "On est premiers, on va vite récupérer pour aller gagner en Albanie. On enchaîne les matches, c'est vrai, mais on ne va pas se cacher derrière cela. On va regarder ce qui n'a pas été et on va retenir ces trois points."