Nantes-PSG : l'arbitre-tacleur Tony Chapron écarté "jusqu'à nouvel ordre"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Initialement désigné pour arbitrer un match de L1 mercredi soir, il a été écarté et sera bientôt convoqué par la commission de discipline de la Ligue. 

L'arbitre du match Nantes-Paris SG Tony Chapron, devenu la risée de la planète football pour avoir tenté de tacler un joueur avant de l'exclure, a été écarté "jusqu'à nouvel ordre", a annoncé lundi la direction technique de l'arbitrage (DTA) de la Fédération.

"Convoqué prochainement". La DTA a annoncé "le retrait de Tony Chapron, initialement désigné pour la rencontre Angers-Troyes, comptant pour la 21e journée de Ligue 1 ce mercredi 17 janvier, et ce jusqu'à nouvel ordre", dans un communiqué, après une réunion en urgence lundi matin. Tony Chapron sera par ailleurs "convoqué prochainement par la commission de discipline de la Ligue (LFP), a-t-elle encore ajouté.

Une chute "provoquée involontairement". Dans les dernières secondes du match Nantes-PSG (1-0) dimanche, Tony Chapron courait en direction du but nantais quand sa course a croisé celle du Nantais Diego Carlos qui l'a involontairement fait tomber. L'arbitre a alors instantanément tendu la jambe vers le Brésilien qui passait à côté de lui pour le faire tomber à son tour. S'en est suivi un bref échange au terme duquel l'arbitre a sorti un deuxième carton jaune contre le défenseur brésilien entraînant son exclusion. "Tony Chapron, après le visionnage des images, a constaté que sa chute avait été provoquée involontairement. En conséquence, il a informé la DTA qu'il a rédigé un rapport complémentaire en ce sens pour la commission de discipline de la Ligue (LFP)", a indiqué la direction technique de l'arbitrage. "Il m'a dit qu'il allait revoir l'action et que si ce n'était pas ça, il ferait enlever le carton", avait déjà déclaré le président de Nantes Waldemar Kita, quelques minutes après un échange avec le corps arbitral après la rencontre.

Une image dégradée. L'incident, qui survient quelques jours après la suspension "à titre conservatoire" de la Goal-line technology  (installation qui doit permettre de savoir si le ballon a intégralement franchi la ligne de but, ndlr) après un énième couac, égratigne un peu plus l'image de l'arbitrage français en Europe.