Top 14 : en finale face à Toulouse, La Rochelle "ne veut pas revivre une frustration"

  • A
  • A
Romain Sazy espère que La Rochelle va remporter son premier titre de champion de France. 0:51
Romain Sazy espère que La Rochelle va remporter son premier titre de champion de France. © Adrian DENNIS / AFP
Partagez sur :
Samedi soir, au Stade de France, la Rochelle va tenter de décrocher son premier titre de champion de France. Mais pour cela, le club devra vaincre Toulouse, et ainsi prendre sa revanche après la finale de la Coupe d'Europe perdue il y a un mois. 

Est-ce enfin le grand jour pour La Rochelle ? Samedi soir, au Stade de France, le club de Charente-Maritime va tenter de décrocher son premier titre de champion de France, lors de la finale du Top 14 face à Toulouse. Un match crucial, donc, mais qui aura également des airs de revanche, un mois après la finale de la Coupe d'Europe perdue face aux mêmes Toulousains. Au micro d'Europe 1, le capitaine de La Rochelle prévient d'ailleurs : "On ne veut pas revivre une frustration". 

"Je pense que localement, la ferveur sur La Rochelle est en train de monter depuis le début des phases finales de la coupe d'Europe... Là, c'est encore un ton au-dessus", explique le deuxième ligne. "Je sais très bien qu'on va être soutenu", poursuit-il, "il y aura du monde dans le public". 

"On ne veut pas passer à côté"

Alors qu'en finale de la Coupe d'Europe, Toulouse était sorti vainqueur du duel (22-17), les joueurs de la Rochelle espèrent bien prendre leur revanche. "On ne veut pas passer à côté et revivre une frustration", assure Romain Sazy. 

Reste que Toulouse, tenant du titre, partira favori. D'autant plus que le club a déjà remporté vingt boucliers de Brennus, alors que La Rochelle n'a jamais soulevé le prestigieux trophée. "Tout un club a vraiment envie de découvrir ce monde là", confie Romain Sazy. À Toulouse, "ça fait plusieurs années, plusieurs décennies qu'ils le connaissent. Nous on ne le connaît pas, mais on a très envie de le découvrir."

Europe 1
Par Marie Guidat avec AFP, édité par Antoine Terrel