Euro 2020 : pourquoi ce tirage au sort "n'est pas si grave" pour la France

, modifié à
  • A
  • A
Le sélectionneur de l'Equipe de France de football Didier Deschamp a reconnu que le tirage au sort de la phase finale de l'Euro 2020 ne l'a pas gâté. 1:32
Le sélectionneur de l'Equipe de France de football Didier Deschamp a reconnu que le tirage au sort de la phase finale de l'Euro 2020 ne l'a pas gâté. © AFP
Partagez sur :
La France est tombée dans la poule de la mort : les Bleus joueront leurs matches de poule de l'Euro contre l'Allemagne et le Portugal. Mais il y a également de quoi être optimiste, en vertu des talents de la France et des règles de la compétition, comme l'analyse notre consultant Patrick Juillard.
ANALYSE

"C'est un groupe difficile", a reconnu Didier Deschamps, après le tirage au sort de l'Euro 2020. Les Bleus héritent de la poule de la mort avec l'Allemagne et le Portugal, soit l'équipe la plus titrée du Vieux-Continent et le champion d'Europe en titre. Sur le chemin des champions du monde, il y aura aussi un barragiste de la voie A, potentiellement l'Islande, la Roumanie, la Hongrie ou la Bulgarie, trois équipes qui figurent parmi les barragistes les plus compétitifs. Pour autant, il reste des raisons de positiver, comme l'analyse le consultant d'Europe 1 et journaliste à Foot 365 Patrick Juillard.

"Même avec deux matches nuls, ça peut passer"

"Ce n'est pas si grave. On peut retourner le problème, se mettre à la place des adversaires : la France suscite de la peur autant qu'elle peut en éprouver", analyse d'abord le journaliste sportif. Joachim Löw, à la tête de l'équipe d'Allemagne, place même la France "favorite du groupe", comme il l'a déclaré à l'issue des tirages. Même son de cloche pour Fernando Santos, sélectionneur du Portugal, qui déplore hériter d'un groupe "dont personne ne voulait".

Patrick Juillard rappelle également des données beaucoup plus concrètes : "Les deux premiers de chaque groupe et les quatre meilleurs troisièmes de tous les groupes seront qualifiés". "Ce n'est pas insurmontable pour la France d'être dans les quatre meilleurs troisièmes. Même avec deux matches nuls, ça peut passer", développe Patrick Juillard.

La France évite aussi d'aller en Azerbaïdjan

Aussi, le journaliste rappelle que la France évite la poule de l'Italie, ce qui lui évite d'établir son camp de base loin de l’Hexagone.

"Puisque dans cette poule, la France aurait joué deux matches à Bakou, en Azerbaïdjan", rappelle Patrick Juillard. La future compétition sera en effet jouée, pour la première fois, dans 12 villes différentes, dont Bakou, et ce même si l'Azerbaïdjan n'a pas réussi à se qualifier. La France, pour sa part, se déplacera à Munich et Budapest.