Ligue des nations : revivez le retour de la France championne du monde face à Allemagne

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Championne du monde en juillet, l'équipe de France a renoué avec la compétition, jeudi soir, en Allemagne, avec au bout un match nul : 0-0.
L'ESSENTIEL

L'équipe de France a étrenné son maillot deux étoiles par un match nul en Allemagne, lors de la 1ère journée de la Ligue des nations. Les Bleus ont montré les mêmes qualités d'organisation qu'en Russie mais se sont aussi trouvés un (autre) grand gardien, Alphonse Areola, excellent pour sa première sélection. Dans l'optique de la qualification pour le dernier carré de la Ligue des nations, il faudra gagner, dimanche, face aux Pays-Bas.

ALLEMAGNE - FRANCE : 0-0

Le point final : les Bleus tenus en échec. À l'issue d'un match qui a tardé à décoller, l'équipe de France, championne du monde il y a moins de deux moins, concède (ou obtient, si l'on voit le verre à moitié plein) le match nul sur le terrain de l'Allemagne. Après s'être créés plusieurs occasions, les Bleus ont été sérieusement bousculés en deuxième période et n'ont dû leur salut qu'à une magnifique performance de leur gardien, Alphonse Areola, brillant pour sa première cape avec les Bleus.

Le point à la 85e minute : qui pour faire la différence ? Il reste cinq minutes dans le temps réglementaire et les deux coaches dégainent leurs dernières cartes, avec les entrées en jeu de Nabil Fekir et de Corentin Tolisso côté bleu et celle de Leroy Sané (qui avait été écarté avant le Mondial) côté allemand.

Le point à la 75e minute : le festival Areola ! Le gardien des Bleus réalise un match exceptionnel ! Déjà très solide sur ses précédentes interventions, il a sorti une frappe tendue de Hummels (72e), s'est montré vigilant sur centre-tir venu de la gauche, avant de sortir un arrêt venu d'ailleurs sur une tête de Ginter (75e). À noter l'entrée en jeu d'Ousmane Dembélé à la place d'Olivier Giroud (66e) côté français et celle d'Ilkay Gündogan côté allemand. Le joueur d'origine turc avait été au coeur d'une polémique avant le Mondial pour avoir posé, avec Mesut Özil, aux côtés du président turc Recep Tayip Erdogan. Il a été fraîchement accueilli.

Le point à la 65e minute : du tac au tac ! Le match a pris une tout autre envergure dans cette deuxième période. Il y a du rythme, du jeu et des occasions, de part et d'autre ! C'est d'abord Griezmann, qui, sur une talonnade de Paul Pogba, a mis à contribution Neuer, auteur d'une superbe horizontale (64e). Dans la même minute, Marco Reus a repris de volée un centre de Leon Goretzka et obligé Areola à une parade spectaculaire. Un peu plus tôt dans la partie, le portier du PSG s'était déjà montré attentif sur un centre fort devant le but de Werner (57e).

Le point à la 55e minute : des Bleus plus tranchants. L'équipe de France a attaqué cette deuxième période comme elle avait fini la première, avec davantage d'envie et une occasion, aussi. Mais la belle frappe au premier poteau de Griezmann a été captée par Neuer (49e).

Le point à la reprise : aucun changement. Didier Deschamps comme Joachim Löw n'ont pas décidé le moindre changement à la pause. À noter qu'à la différence des matches amicaux, les sélectionneurs vont être cantonnés à trois changements seulement, comme c'est le cas lors de n'importe quel match officiel.

Le point à la pause : les Bleus finissent mieux une triste première période. Dès les premières minutes de jeu, on a bien compris que ce France-Allemagne allait ressembler davantage à un match amical qu'à une finale de Coupe du monde. Pas de rythme, peu d'occasions, l'atterrissage est un peu dur après le mois de tension que l'on a connu cet été. Néanmoins, la fin de la première période a donné lieu à un joli réveil des tricolores, dans la foulée d'un Kylian Mbappé plus tranchant dans ses prises de balle et dans ses courses. De bon augure, peut-être, avant la deuxième période… Allemagne-France : 0-0

Le point à la 40e minute : ça s'anime un peu ! Après une première demi-heure de léthargie quasi totale, les deux équipes se montrent un peu plus entreprenantes. Sur un corner, Rüdiger saute plus haut que tout le monde et dévie le cuir vers Mats Hummels au deuxième poteau. Le défenseur du Bayern, buteur face aux Bleus au Mondial 2014, ne cadre pas sa tête (35e). Dans la minute suivante, Olivier Giroud cadre la sienne, lui, sur un centre de Kanté. Mais Manuel Neuer se détend parfaitement au pied de son montant gauche.

Le point à la 30e minute : toujours rien ou presque. L'équipe de France ne s'est toujours pas créée la moindre occasion dans cette rencontre, alors que l'Allemagne ne montre pas grand-chose de plus… Bref, on s'ennuie ferme. C'est (encore) la rentrée pour beaucoup de ces joueurs, et ça se sent ! N'Golo Kanté, lui, s'est signalé avec une semelle sur Ginter, non sanctionnée d'un carton jaune (26e). 

Le point à la 20e minute : ça ne se décante guère… La rencontre n'a toujours pas décollé, même si on a assisté à la première occasion de la rencontre. Timo Werner, décalé sur le côté gauche, a effacé Pavard avant d'adresser un tir, trop mou et trop axial, qui n'a pas inquiété Areola, vigilant. Le gardien du PSG a pu tranquillement assurer sa première prise de balle sous le maillot bleu (18e).

Le point à la 10e minute : pas de rythme, des fautes grossières. Cet Allemagne-France est parti sur un rythme très, très piano… Comme attendu, l'Allemagne possède davantage le ballon que les Bleus. Et fait aussi les fautes, à l'image d'Antonio Rüdiger, qui s'est essuyé les crampons sur le cou de Benjamin Pavard, venu le tacler sur le côté gauche (4e). Un peu plus tard, ce fut au tour de Matthias Ginter de se signaler avec une sévère bousculade sur Lucas Hernandez dans la surface de réparation.

Le point au coup d'envoi : c'est parti à l'Allianz Arena ! Le stade habituel du Bayern Munich a accueilli les deux équipes dans une très belle ambiance avec un tifo en forme de coeur et plusieurs milliers de drapeaux allemands dans l'un des deux virages.

Le point sur les compos : un air de déjà-vu. Si la composition de l'équipe de France vous dit quelque chose, c'est normal. C'est à une exception près (Areola, n°3 en Russie, remplace Lloris, blessé) la même composition que pour la finale face à la Croatie. Les Bleus vont donc évoluer en 4-2-3-1 avec une attaque à deux ailiers, plus (Mbappé) ou moins (Matuidi) offensifs, et Antoine Griezmann en soutien d'Olivier Giroud. En face, Joachim Löw, qui a conservé son poste de sélectionneur malgré l'élimination, a effectué quelques changements dans son équipe-type : exit Özil, qui a quitté de lui-même la sélection, et Khedira, non retenu. Löw a décidé de faire à nouveau confiance à Thomas Müller, aligné sur un côté. Timo Werner reste attaquant de pointe. Julien Draxler est sur le banc.

Allemagne : Neuer (cap.) - Kimmich, Boateng, Hummels, Rudiger - Ginter - Goretzka, Kroos - Müller, Werner, Reus
Sélectionneur : Joachim Löw

France : Areola - Pavard, Varane (cap.), Umtiti, Hernandez - Pogba, Kanté - Mbappé, Griezmann, Matuidi - Giroud
Sélectionneur : Didier Deschamps

Le point sur l'avant-match : ils sont de retour ! Champions du monde il y a moins de deux mois, les Bleus effectuent leur retour à la compétition, jeudi soir, à l'Allianz Arena de Munich, face à l'Allemagne. Pour sa première journée, la toute nouvelle Ligue des nations pouvait difficilement rêver à une plus belle affiche puisqu'elle met aux prises les deux derniers vainqueurs de la Coupe du monde. Mais si l'équipe de France a marché en juillet dernier sur les traces de sa glorieuse devancière de 1998, celle d'Allemagne, elle, est tristement entrée dans l'histoire en étant éliminée dès le premier tour. Entre des Bleus sur leur nuage et des Allemands qui sortent d'un cauchemar, on attend de voir laquelle des deux équipes saura le mieux gérer le retour à la réalité du terrain.