ÉDITO - "Le sale caractère de Kylian Mbappé peut mener le PSG au sommet"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Kylian Mbappé, vexé de ne pas être titulaire, a marqué un triplé après son entrée en jeu contre Bruges (5-0), mardi soir en Ligue des champions. Notre éditorialiste Virginie Phulpin estime que son "sale caractère" peut permettre au PSG d'aller très haut. 
EDITO

Marquer un triplé quand il est remplaçant au début du match ? Kylian Mbappé a réussi cet exploit en Ligue des champions face à Bruges (5-0), mardi soir avec le PSG. Interrogé après la rencontre, le champion du monde a avoué sa frustration de ne pas avoir été titularisé. Pour notre éditorialiste Virginie Phulpin, son "sale caractère" peut permettre aux Parisiens de viser les sommets cette saison. 

"Est-ce qu’il faut avoir un sale caractère pour être un grand joueur de foot ? Avec Kylian Mbappé, la réponse est oui. Il ne supporte pas de ne pas jouer. Alors hier soir, quand il a su qu’il était remplaçant, ça l’a agacé. Il a rongé son frein pendant une heure sur le banc de touche. Ça se voyait. Il piétinait, il avait les mâchoires serrées et l’envie d’en découdre comme un élève mis au coin. Ça fait deux mois qu’il est blessé, sa saison n’a même pas encore vraiment commencé. On peut comprendre sa frustration. Le problème, c’est que ce genre d’impatience apporte rarement de bons résultats sur le terrain. Mais avec Mbappé, si.

Il est entré en deuxième mi-temps avec des fourmis dans les jambes et un désir de revanche dans la tête. Résultat, une passe décisive et trois buts… Rien que ça. "Je voulais prouver  qu’on ne pouvait pas se passer de moi." C’est ça, son message, à la fin du match. Il y a son talent. Rassure-toi, Kylian, on a tous remarqué. Et puis il y a ce foutu caractère. Cette obsession du foot. Il veut jouer, tout le temps. On ne va pas lui reprocher, ce serait dommage de traîner des pieds à 20 ans. Mais bon courage quand même à Thomas Tuchel pour canaliser tout ça. Je ne plains pas l’entraîneur du PSG, les coachs voudraient tous avoir ce genre de phénomène à gérer. Mais ça ne doit pas être simple tous les jours.

Titiller l’ego sans vexer le joueur, préserver le corps sans miner le moral. Tout est une question de dosage. Ça a plus que bien marché hier soir. Kylian Mbappé est reparti avec le ballon du match sous le bras. Privilège réservé à ceux qui marquent un triplé. "Ça n’est pas la victoire de Kylian, c’est celle du PSG", a-t-il précisé. Ah quand on marque trois buts, on parle de soi à la troisième personne, c’est ça, la passe de trois ? Je plaisante. Mais il va falloir garder le bon dosage toute la saison. Et ce sale caractère peut mener les Parisiens au sommet. Il en a largement les moyens."    

Europe 1
Par Virginie Phulpin