ÉDITO - "Le rallye n’était plus glamour, maintenant il risque d’être carrément ennuyeux"

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Le départ de Sébastien Ogier entraîne la fin de Citroën dans la catégorie Rallye, en WRC. Avec huit titres mondiaux des constructeurs entre 2003 et 2012, c'est la fin de l'ère pour la marque française. Selon notre éditorialiste Virginie Phulpin, le départ de Citroën doit permettre d'instaurer un nouveau modèle en WRC (World Rally Championship). 
EDITO

>> Citroën quitte les rallyes. La marque française va se désengager du championnat du monde dès la fin de l’année. Officiellement, c’est parce que son pilote Sébastien Ogier s’en va. Mais c’est surtout une question de marketing. Selon notre éditorialiste Virginie Phulpin, le rallye doit se mettre à l’électrique, ou il disparaîtra.

 "L’excuse du pilote qui s’en va, on n’y croit pas. Citroën avait de toute façon décidé de se retirer des rallyes en 2021. Le constructeur profite du départ de Sébastien Ogier pour précipiter son retrait. Pourquoi ? Pour des questions de marketing. L’objectif, ça reste de vendre des voitures. Et l’image des rallyes, c’est un peu celle du pollueur désinvolte. On fait la course sur des routes de campagne en déversant des particules fines à tout va. Oui, j’exagère un peu. Mais en 2019, le championnat du monde des rallyes n’est plus très glamour, avouez-le, plus très en phase avec nos préoccupations environnementales. Et du coup, ça a un impact commercial de plus en plus réduit pour les marques. D’ailleurs Citroën le dit. Le constructeur veut maintenant répondre aux enjeux de la transition énergétique en lançant une nouvelle génération de modèles électriques dès 2020. 

Déjà que le rallye n’était plus glamour, maintenant il risque d’être carrément ennuyeux. Il n’y aura plus que deux constructeurs engagés dans le championnat du monde l’an prochain. Hyundai et Toyota. Donc qu’est-ce qu’on fait ? On laisse mourir la discipline en ne changeant rien, ou on essaie autre chose ? Il est temps de se réveiller, et d’engager une vraie révolution. Passer aux voitures hybrides, c’est prévu pour 2022. Mais il faudrait peut-être carrément aller plus loin, et transformer ces rallyes en rallyes tout électriques. Il y a déjà un championnat E-Rallye, mais pourquoi pas fusionner les deux ? C’est peut-être comme ça qu’on peut créer un cercle vertueux : intéresser à nouveau le public, donc faire revenir les constructeurs, et recréer une vraie émulation sportive.

Pour des rallyes, il faut des voitures sportives, ça n’est pas forcément l’image des voitures électriques

On a bien tenté la Formule E, non ? Certes, ça n’a pas remplacé la Formule 1, mais est-ce que ce n’est pas ça, l’avenir ? Et puis prenons l’exemple de Porsche. Ça va, comme image de voiture sportive. Le patron de la marque le dit. Le futur est électrique. Plus de la moitié des véhicules de ce constructeur seront électriques ou hybrides en 2025. Et au mois de septembre, Porsche a présenté sa première voiture sportive entièrement électrique. Elle passe de 0 à 100 kilomètres heure en moins de 3 secondes. Visiblement, on peut arriver à faire des rallyes aussi passionnants avec de l’électrique. De toute façon, vu l’évolution, c’est ça, ou les voitures restent au garage parce qu’il n’y aura plus de rallyes. On choisit quoi ?"

Europe 1
Par Par Virginie Phulpin, édité par François Dujarrier