EDITO - "Je ne vais pas faire de Lilian Thuram un sage mais nous, arrêtons de faire les imbéciles"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La polémique enfle autour de Lilian Thuram. Le champion du monde 98 a déclaré dans une interview à un journal italien que "les Blancs pensent être supérieurs et croient l'être". Depuis, les réactions s'enchaînent, plus ou moins virulentes. Virginie Phulpin explique, dans son édito sport sur Europe 1, qu'il ne faut pas se tromper de cible. 
EDITO

Il y a encore eu beaucoup de réactions ce weekend sur "l'affaire Thuram". Le joueur le plus capé de l'équipe de France de football a déclaré dans une interview au Corriere dello Sport : "Il est nécessaire d'avoir le courage de dire que les Blancs pensent être supérieurs et qu'ils croient l'être". Virginie Phulpin, dans son édito sur Europe 1, alerte. Pour elle, il ne faut pas se tromper de cible.

"L’impression que ça me donne, c’est qu’on a profité de la déclaration, au mieux malheureuse, de Lilian Thuram pour détourner les yeux du vrai problème. A la base, le problème, c’est le racisme dans les stades. Puisque le point de départ de cette histoire, ce sont quand même ces supporteurs du club italien de Cagliari qui ont poussé des cris de singes en visant Lukaku, le joueur de l’Inter Milan. Alors pendant quelques heures, tout le monde s’est indigné. Jusqu’à l’interview de Thuram dans la presse italienne où il parle des Blancs qui pensent être supérieurs. Alors là, on a complètement oublié le sujet de départ pour s’engager dans une bonne polémique stérile sur ses propos, le racisme anti-blanc, chacun y allant de son anecdote plus ou moins intéressante. Evidemment que ça n’est pas la couleur de peau qui décide si vous êtes raciste ou pas, je n’ai pas l’intention de défendre cette phrase de Lilian Thuram. Mais pourquoi est-ce qu’on se concentre sur sa réaction plutôt que sur le racisme dans les stades ? Vous connaissez le proverbe chinois 'quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt' ? Je ne vais pas faire de Lilian Thuram un sage. Mais nous, arrêtons de faire les imbéciles".

"Ça fait des décennies que les autorités du foot italien, et même du foot mondial, n’agissent pas pour éradiquer le racisme"

Pour "arrêter de faire les imbéciles", il faudrait engager de vraies actions contre le racisme dans les stades. Pas si simple, poursuit Virginie Phulpin. 

"Il ne se passe rien, ou presque. Ça fait des décennies que les autorités du foot italien, et même du foot mondial, n’agissent pas pour éradiquer le racisme dans les stades. On ne peut pas combattre le racisme avec un slogan. C’est mignon, 'Football Against Racism', mais visiblement ça ne sert à rien. Donc il faut trouver d’autres solutions. Mais là, encore une fois, on avait l’occasion d’y réfléchir vraiment, et on a préféré détourner les yeux et s’en prendre à l’ancien défenseur des Bleus. Alors que va t-il se passer ? On aura d’autres affaires de racisme dans les stades. On pourra à nouveau dire que le racisme, c’est pas bien ! Lilian Thuram ne s’exprimera peut-être plus sur le sujet, mais il y aura bien un joueur ou un ancien joueur qui sortira une phrase polémique, et on recommencera. On pourrait peut-être arrêter non ? Se poser, se demander s’il faut interdire de stade à vie toute personne qui pousse des cris de singe ou s’il faut arrêter les matches. On peut au moins essayer, confronter les points de vue, plutôt que de regarder ailleurs".

Europe 1
Par Virginie Phulpin, édité par Maxime Dewilder