Attribution des JO de Rio : Frankie Fredericks entendu par le juge à Paris

, modifié à
  • A
  • A
Frankie Fredericks est entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de corruption liés à l'attribution des JO de Rio.
Frankie Fredericks est entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de corruption liés à l'attribution des JO de Rio. © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :
Frankie Fredericks, membre du Comité international olympique (CIO), doit être entendu par le juge sur des soupçons de corruption liés à l'attribution des Jeux olympiques de Rio.

L'ex-sprinter namibien Frankie Fredericks est arrivé jeudi matin chez le juge à Paris pour être entendu dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de corruption liés à l'attribution des Jeux olympiques de Rio.

Un virement suspect. Frankie Fredericks, membre du Comité international olympique (CIO), est dans le collimateur de la justice à cause d'un versement de 299.300 dollars (262.000 euros) provenant de la société du fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) le jour même de l'attribution à Rio des JO de 2016.

Soupçons d'achat de voix. L'ancien champion du monde a été convoqué par le juge Renaud Van Ruymbeke dans le cadre de l'information judiciaire ouverte en France depuis bientôt deux ans sur des soupçons d'achats de voix au sein du CIO pour l'attribution des jeux Olympiques d'été 2020 à Tokyo, étendue par la suite à ceux de Rio 2016.

Papa Massata Diack dans l'affaire. Point commun à tous les dossiers, Papa Massata Diack, ou "PMD", puissant consultant marketing de l'IAAF, que son père Lamine Diack a présidée de 1999 à 2015. En mars, le journal Le Monde a révélé l'existence de ce virement d'une société de Papa Massata Diack vers une structure liée à Frankie Fredericks en date du 2 octobre 2009. Ce jour-là, Rio obtenait l'organisation des JO-2016 lors d'une session du CIO à Copenhague.