Anny Courtade, 79 ans, infatigable présidente de l'AS Cannes : "Quand on sera dans l'éternité, on aura tout le temps de se reposer"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Personnage haut en couleur de la ville, la septuagénaire a repris le club en main et entend bien le faire monter de 5ème division en National 2. 
INTERVIEW

Si l'AS Cannes, historique club de football de la ville, fait beaucoup parler de lui depuis le milieu de l'été, ce n'est pas en raison de ses résultats sportifs, mais de sa nouvelle présidente. À 79 ans, Anny Courtade, personnage emblématique de la ville, a repris le club en main après avoir connu des dizaines d'activités, dont certaines très éloignées du sport. 

"Jusqu'au jour où je fermerai les yeux…"

La liste est impressionnante : avant de présider le club mythique  - qui a notamment vu passer le jeune Zinédine Zidane -, Anny Courtade fut patronne d'hypermarchés, collectionneuse d'art et mécène, puis présidente d'un club de volley du top niveau mondial, le RC Cannes.

"Quand on sera dans l'éternité, on aura tout le temps de se reposer", sourit-elle. "Pour l'instant, c'est toujours la passion qui m'a fait avancer. Cette envie de gagner, d'être fédérateurs, d'avoir des équipes autour de moi, ne m'a jamais quittée. Jusqu'au jour où je fermerai les yeux, j'aurai cette passion qui me fait vivre."

"C'est un monde que je découvre mais qui est très attachant"

Anny Courtade le reconnaît volontiers : pour elle qui collectionne davantage les œuvres d'art - elle détient des Matisse, Chagall, Picabia et César - que les écharpes de supporters, le changement d'univers est cette fois radical. "Je me suis aperçue que le foot rendait fou", s'enthousiasme-t-elle. "Tout le monde donne son avis, tout le monde est passionné. C'est un monde que je découvre, mais qui est très attachant."

Son ambition est désormais de faire monter l'AS Cannes de la 5ème division en National 2... mais aussi de développer le foot féminin ! À 80 ans, l'hyperactive a encore des projets pour une vie entière.

Europe 1
Par Simon Ruben et Charlotte Moreno, édité par Margaux Lannuzel