Accrochages OM-OL : suspension alourdie en appel de 3 à 5 matches pour le joueur de Lyon Anthony Lopes

, modifié à
  • A
  • A
Si la sanction d'Anthony Lopes a été alourdie, celle du défenseur de l'OM Adil Rami a été maintenue.
Si la sanction d'Anthony Lopes a été alourdie, celle du défenseur de l'OM Adil Rami a été maintenue. © FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :
La suspension d'Anthony Lopes a été alourdie de 3 à 5 matches de suspension ferme en appel par la FFF, dans le cadre des accrochages de Marseille-Lyon du 18 mars.

La suspension d'Anthony Lopes (Lyon) a été alourdie de 3 à 5 matches de suspension ferme en appel par la Fédération française de football, a indiqué lundi cette dernière, dans le cadre des accrochages de Marseille-Lyon du 18 mars.

Suspension aussi pour Marcelo et Diakhaby. La sanction reste la même pour le défenseur de Marseille Adil Rami (3 matches de suspension ferme). Mais elle a été alourdie pour le défenseur de Lyon Marcelo (suspension de 2 matches dont un avec sursis, contre deux avec sursis en première instance). Et Mouctar Diakhaby (Lyon), épargné en première instance, écope cette fois de deux matches de suspension dont un avec sursis.

Amende pour les deux clubs. La FFF a par ailleurs confirmé en appel les autres sanctions de la Ligue de football professionnel (LFP) en première instance : un match de fermeture de la tribune basse sud du Vélodrome et une amende de 10.000 euros pour les deux clubs.

La commission supérieure d'appel de la FFF se montre souvent plus sévère que les jugements en première instance. "L'arbitre tacleur" Tony Chapron peut en témoigner : suspendu trois mois ferme et trois avec sursis en première instance après son geste lors de Nantes-PSG, il a écopé d'une suspension de six mois ferme et deux avec sursis en appel.

Des accrochages au moment de rentrer aux vestiaires. À l'issue du choc entre "Olympiques" du 18 mars dernier, des accrochages avaient éclaté entre les joueurs des deux équipes, impliquant notamment Rami, Marcelo et Lopes. Une provocation du défenseur lyonnais Marcelo, exhibant le dos de son maillot en retournant aux vestiaires, avait mis le feu aux poudres. Le Brésilien avait quelques minutes plus tôt été victime d'un coup de son homologue marseillais Adil Rami, selon les images de Canal+, diffuseur de la rencontre comptant pour la 30ème journée de L1.

 

Lyon regrette cette décision

Dans un communiqué, l'OL déclare "prendre acte" mais "regrette l'iniquité de traitement concernant notamment les faits reprochés à Diakhaby par rapport au comportement de Lucas Ocampos et au geste de brutalité de Steve Mandanda". Par ailleurs, Jean-Michel Aulas "s'interroge sur le manque de réaction de la commission d'éthique face aux critiques de Jacques-Henri Eyraud et de l'entraîneur Rudi Garcia sur l'indépendance de la commission de discipline de la LFP comme sur le corps arbitral qui favoriserait, selon eux, l'OL". "Les interventions de l'OM auront donc, malgré la volonté d'apaisement de l'Olympique lyonnais, contribué à jeter le doute sur la régularité de l'issue du championnat pour la lutte pour la qualification en Ligue des champions comme pour celle du maintien", conclut le communiqué de l'OL.