Le maillot rose promis à Menchov

  • Copié
Rédaction Europe1.fr , modifié à
Le Vésuve n'aura pas fait la différence. Cette 19e étape du Giro, disputée vendredi entre Avellino et le Vésuve, a vu la victoire de Carlos Sastre au prix d'une ascension solitaire. Denis Menchov a contrôlé et conserve la tête du classement général.

Le Vésuve n'aura pas fait la différence. Cette 19e étape du Giro, disputée vendredi entre Avellino et le Vésuve, a vu la victoire de Carlos Sastre au prix d'une ascension solitaire. Denis Menchov a contrôlé et conserve la tête du classement général.Ils avaient tous misé sur les pentes du Vésuve pour espérer refaire le retard qu'ils accusaient sur Denis Menchov. Tous, ce sont Sastre, Basso, Pellizotti et surtout Di Luca, poursuivants du Russe au classement général de ce Giro, qui reportaient tous leurs espoirs de défaillance du leader sur les pentes du Vésuve. Un lieu qui accueillait le passage du Giro pour la troisième fois seulement après 1959 et 1990.Mais de défaillance il n'y eut point, Menchov maîtrisant de bout en bout cette dernière ascension, qui aura malgré tout tenu toutes ses promesses. Des cinq premiers au classement général, Ivan Basso était le premier en action, attaquant rapidement, mais voyant Carlos Sastre revenir tout aussi rapidement sur lui. Le vainqueur du dernier Tour de France allait d'ailleurs être le grand bonhomme de cette fin d'étape. Très vite, l'Espagnol apparaissait bien plus fort que son compatriote et le lâchait, se retrouvant seul à cinq kilomètres de l'arrivée.Di Luca n'y arrive pasSastre couvrait cette distance plus rapidement que tout le monde et s'imposait au sommet du Vésuve, grappillant quelques secondes sur Pellizotti et remportant sa deuxième victoire d'étape sur ce Giro 2009, après son succès à Monte Petrano lors de la quinzième levée. Une manière de se consoler, deux jours après avoir concédé près de deux minutes aux hommes de tête dans la montée ver le Blockhaus. Derrière, le duel entre Di Luca et Menchov avait bien lieu mais tournait rapidement à l'avantage du Russe. Désireux de reprendre du temps au leader, Di Luca, qui ne pointait qu'à 26 secondes avant cette étape, tentait plusieurs fois de s'échapper, mais rien n'y faisait, Menchov semblait plus fort.Di Luca passait devant et grappillait huit petites secondes de bonus. Huit secondes qui risquent de ne pas suffire à l'arrivée à Rome, Menchov étant a priori bien plus performant dans le contre-la-montre qui sera couru dans les rues de la capitale italienne.