On lui refuse l'entrée au château de Versailles car elle porte une robe Belle époque

, modifié à
  • A
  • A
La robe de style Belle époque de la créatrice de mode a été jugée "inappropriée".
La robe de style Belle époque de la créatrice de mode a été jugée "inappropriée". © Capture d'écran Twitter
Partagez sur :
Une créatrice de mode, passionnée des 18ème et 19ème siècles s'est vu refuser l'entrée du château de Versailles mercredi, sa robe Belle époque étant jugée "inappropriée". 

Paloma Bernot n'a pas eu le droit d'entrer, mercredi, au château de Versailles. Cette créatrice de mode de 25 ans, passionnée des 18ème et 19ème siècles, s'était présentée à l'entrée dans une robe de style Belle époque.

Le Parisien rapporte que la jeune femme était venue en région parisienne avec son mari afin de visiter le célèbre site historique. Le quotidien explique que Paloma Bernot porte fréquemment ses propres créations. "Je n'ai que ce type de tenue dans ma valise", souligne-t-elle par ailleurs. Un vigile du château de Versailles évoque d'abord un "déguisement" pour lui refuser l'entrée. Il la laisse finalement passer mais après plusieurs heures de queue, c'est un guide qui décide de l'exclure. "Je n'ai pas eu d'explications, j'en ai pleuré toute la journée", explique Paloma Bernot. 

Une "erreur d'appréciation". Une fois l'incident relayé sur Twitter, le château de Versailles s'est excusé et a invoqué une "erreur d'appréciation". Deux billets ont été offerts à Paloma Bernot, à une date de son choix. L'institution justifie sa décision par "l’interdiction de porter des tenues costumées ou des déguisements, dont la conformation encombrante ou les accessoires peuvent porter atteinte à la sécurité des œuvres ou perturber le bon déroulement de la visite, notamment dans des périodes de fréquentation soutenue". Cette interdiction est d'ailleurs mentionnée dans son règlement intérieur, précise Le Parisien

La jeune femme a de son côté indiqué qu'elle ne porterait pas plainte. La photo de sa robe, postée par sa sœur sur Twitter a largement fait réagir, avec plus de 400 commentaires et 2.000 partages.