Un troisième service de trottinettes en libre-service débarque à Paris

  • A
  • A
Les trottinettes "Bolt" arrivent à Paris
Les trottinettes "Bolt" arrivent à Paris © Bolt / Txfy
Partagez sur :
Les trottinettes électriques en libre-service Bolt arrivent dans les rues de la capitale, dans un contexte de concurrence et de flou réglementaire sur les conditions d'usage de ces engins.

Après "Lime" et "Bird, ce sont les trottinettes électriques en libre-service "Bolt" qui vont faire leur arrivée dans les rues de Paris, en septembre.

Une autonomie de 25 kilomètres. Pour un euro par course minimum (puis 15 centimes par minute d'utilisation), la société Txfy propose des trottinettes en libre-service à déverrouiller avec l'application dédiée. Une fois la course effectuée, la trottinette "se gare librement dans les espaces recommandés" par la société, comme le précise le communiqué de presse. Les appareils sont ensuite collectés chaque soir pour être rechargés et réparés au besoin. Munies d'une puce GPS, d'un accélérateur, de freins et d'un phare avant, les "Bolt" ont une autonomie de 25 kilomètres.

Des courses de moins de trois kilomètres. "Une course Txfy sur cinq se fait sur une distance inférieure à trois kilomètres, soit une distance idéale pour un trajet en trottinette électrique. Grâce à ce nouveau service, certains de nos utilisateurs auront recours à la trottinette pour les distances les plus courtes", assure Henri Capoul, responsable France de Txfy. Et pour les distances plus longues, Txfy propose un service de mise en relation avec des VTC, cœur de son activité.

Un marché déjà occupé. Malgré ce service supplémentaire, les trottinettes "Bolt" arrivent sur un marché déjà très occupé, avec notamment la présence de "Lime" et de "Bird" qui commencent à trouver leur public. En plus de la concurrence, un certain flou entoure l'utilisation de ces véhicules en libre-service. Txfy précise qu'il entend signer rapidement une "Charte de bonne conduite" avec la Mairie de Paris mais pour le moment, les règles ne sont pas encore fixées. 

Un certain flou réglementaire. En 2016, le gouvernement s'était engagé à réglementer l'usage de ces trottinettes. Un groupe de travail avait même été constitué, mais deux ans plus tard rien n'a changé, et le statu quo perdure. Pourtant celles-ci sont de plus en plus présentes en ville, quitte à mettre en danger les piétons qui circulent sur les trottoirs comme l'a dénoncé mercredi Jean-Paul Lechevalier, porte-parole du collectif 60 Millions de piétons, au micro d'Europe 1.