Un militant jugé pour avoir déposé une fausse bombe en marge de la COP21 en 2015

, modifié à
  • A
  • A
L'homme comptait protester contre l'interdiction de manifester en marge de la COP21
L'homme comptait protester contre l'interdiction de manifester en marge de la COP21 © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Un militant d'extrême gauche est jugé vendredi pour avoir déposé un engin potentiellement explosif à proximité de la gare du Bourget alors que la COP21 se déroulait sur la commune.

Deux ans après la COP21, un militant d'extrême gauche de 44 ans est jugé vendredi à Bobigny pour avoir déposé à l'époque un engin qui ressemblait à une bombe près de la gare RER du Bourget, a indiqué une source proche de l'enquête.

Protester contre l'interdiction de manifester. L'homme, habitant de Montrouge (Hauts-de-Seine), a été interpellé mercredi après avoir été confondu par son ADN, a indiqué cette source, confirmant une information du Parisien. En garde à vue, il a expliqué, selon le journal, avoir voulu protester contre l'interdiction de manifester en marge du sommet international sur le climat, qui s'était tenu au Bourget (Seine-Saint-Denis) quelques semaines après les attentats du 13 novembre, sous haute sécurité. Il assure que l'engin n'avait pas vocation à blesser.

Une bouteille de gaz, une canette de bière et des clous. Le 8 décembre 2015, les gendarmes avaient trouvé à proximité de la gare du Bourget un sac contenant une bouteille de gaz, une canette de bière, des clous et des fils scotchés, relate Le Parisien. Le parquet de Bobigny avait confié l'enquête à la Sûreté territoriale du département. Ouverte le 30 novembre 2015, la 21e Conférence de l'ONU sur les changements climatiques (COP21) avait réuni plus de 150 dirigeants étrangers.