Trois initiatives pour rompre l'isolement des seniors pendant l'été

, modifié à
  • A
  • A
L'été peut être synonyme d'isolement pour les personnes âgées. 2:10
L'été peut être synonyme d'isolement pour les personnes âgées. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Les vacances d'été approchent, et elles peuvent être synonymes d'isolement pour les personnes âgées, qui reçoivent moins de visites de leurs proches. Jeudi dans "la France bouge", Europe 1 présente trois initiatives permettant de rompre la solitude des seniors. 

L'été peut être synonyme d'isolement pour les personnes âgées. Pendant les grandes vacances, les visites des proches ou des voisins s'espacent souvent. Plusieurs initiatives visant à rompre leur solitude ont vu le jour ces dernières années : coups de main à domicile, jardinage à plusieurs, conférences d'histoire ou de littérature... Jeudi dans La France bouge, Europe 1 vous présente trois entrepreneurs qui se sont spécialisés sur le sujet. 

Des coups de main au quotidien

L'entreprise Allo Louis met les seniors en relation avec des étudiants du coin, qui peuvent se rendre à leur domicile pour changer une ampoule, faire du rangement, ou aller acheter une baguette de pain. "Ces jeunes n'ont pas d'expertise particulière. Ils rendent des services peu pris en charge par les services d'aide à la personne conventionnels", explique Alexandre Durand, fondateur d'Allo Louis, au micro d'Europe 1. 

Les seniors inscrits contactent Allo Louis par téléphone, et l'entreprise se charge ensuite de trouver un étudiant disponible dans le meilleur délai. Ils ont le choix entre un abonnement à 10 euros par mois comprenant deux services à domicile, ou une formule à 20 euros avec coups de fil illimités. Les jeunes, eux, sont rémunérés 10 euros de l'heure. "Nous sélectionnons chaque étudiant avec qui nous travaillons en fonction de sa motivation, sa capacité d'écoute, son expression orale", précise Alexandre Durand. 

Pour le moment, la centaine de bénéficiaires réside en grande majorité à Paris, mais Allo Louis a vocation à s'étendre à d'autres villes de France. 

Reconnecter les générations par le biais de l'art

Anciens élève de l'Ecole du Louvre, Laura Largillet et ses associés ont fondé Artora en 2018 pour faciliter l'accès à la culture des personnes âgées. "On avait des grand-parents, des arrières grand-parents en Ehpad qui se plaignaient de ne plus rien apprendre." L'entreprise propose à des étudiants en histoire de l'art, histoire, ou en lettres, de tenir des conférences au sein de maisons de retraite. "On met l'accent sur les questions, l'écoute, le dialogue. Les seniors ont évidemment beaucoup de choses à partager !", précise Laure Largillet.

Le confinement a obligé les jeunes entrepreneurs à trouver de nouveaux formats pour proposer leurs conférences. Certaines sont donc désormais enregistrées et projetées virtuellement dans les Ehpad partenaires. Autre activité prévue pour l'été : des visites thématiques de Paris, pour les personnes âgées autonomes. 

Du jardinage contre la perte d'autonomie

En ville ou en Ehpad, il est rare que les personnes âgées puissent jardiner à leur gré. Pour remédier à ce manque, Gildwen Bodiguel a mis sur pied avec l’association A Vos soins le projet L'Arbre aux sens. Il s'agit d'un jardin en commun situé à Saint-Nazaire, qui accueille seniors autonomes et résidents d'Ehpad amateurs de jardinage. Chaque séance a lieu en présence d'un professionnel de santé, psychologue, kinésithérapeute, ou osthéopathe. "C'est plus facile de discuter de ses problèmes dans ce type cadre", explique Gildwen Bodiguel. 

Le jardin est situé dans un quartier prioritaire de la ville, la Bouletterie, et est accessible en transports en commun. Les personnes âgées peuvent s'y promener, profiter de la verdure, et entretenir les plantes ornementales qui y sont régulièrement plantées. Le projet a du succès, et Gildwen Bodiguel cherche désormais un terrain plus étendu que ses actuels 500 mètres carrés.

Europe 1
Par Laetitia Drevet