TÉMOIGNAGE EUROPE 1 - "On ne mange pas pour que les gamins aient à manger" : le désespoir de Blandine, femme de ménage et "gilet jaune"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Avec cinq enfants à charge, un mari au chômage et 700 euros par mois, Blandine, femme de ménage à Calais et "gilet jaune" revendiquée, ne s'en sort pas. "J'ai trop d'argent pour ne pas être aidée et je n'en ai pas assez pour vivre. J'en ai assez que pour survivre, et encore", témoigne-t-elle sur Europe 1.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Blandine est femme de ménage à Calais. Tous les matins, elle est au travail à 5h pour nettoyer les bureaux dans la zone industrielle. Avec cinq enfants à charge et son mari au chômage, elle gagne 700 euros par mois. Tous les jours, elle passe plusieurs heures sur le rond-point de la rocade portuaire, occupé par les "gilets jaunes" pour exprimer son mécontentement, comme elle l'a fait au micro d'Europe 1.

"On n'en peut plus. On ne vit pas, on survit. Ce n'est pas normal, ce n'est pas une vie. Je me prive pour que mes gamins aient un avenir. Aujourd'hui, c'est quoi leur avenir ? Parfois, j'en viens même à regretter d'avoir fait autant de gosses parce que je me dis : 'Plus tard, ils vont finir comment mes enfants ?' Pourtant, je les aime plus que tout, je fais tout pour eux ! 

On ne peut pas s'habiller normalement, on ne peut pas s'habiller en magasin. Soit on nous donne des vêtements, soit on achète d'occasion sur Internet. Ce n'est pas normal. Mon gamin de six ans a perdu une dent. La petite souris est passée. Mon gamin est venu avec sa pièce d'un euro et m'a dit : 'Maman, tiens. Achète-toi quelque chose avec.' A six ans, avoir conscience que la vie est chère, qu'on a des problèmes d'argent, je ne trouve pas ça normal. A six ans, il n'est pas censé le comprendre.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

" J'ai perdu 17 kilos, ce n'est pas pour rien. C'est parce qu'on ne mange pas "

On est obligés de tout réparer constamment parce que ça tombe en rade. On vit dans un baraque, il pleut dedans et ils ne veulent même pas réparer. Au-dessus du lit de bébé de ma gamine, il y a des champignons. Je suis obligée de constamment nettoyer son plafond. C'est tout ça qui fait que j'en ai ras-le-bol.

On mange des pâtes et des œufs, ou alors on ne mange pas pour que les gamins aient à manger. J'ai perdu 17 kilos, ce n'est pas pour rien. C'est parce qu'on ne mange pas. Parfois, j'en suis à tomber dans les vapes. 

Le truc qui n'est pas normal c'est, parce que mon mari est au chômage, je n'ai pas le droit à la prime d'activité. Je ne touche que 700 euros par mois. Pourquoi je n'ai pas le droit à cette prime ? Je suis dans l'entre-deux. J'ai trop d'argent pour ne pas être aidée et je n'en ai pas assez pour vivre. J'en ai assez que pour survivre, et encore.

" La vie, c'est de la merde. Il n'y a que ça à dire, c'est de la merde parce qu'on ne vit pas "

Quand j'ai entendu qu'il y avait une députée qui ne savait même ce qu'était le montant du Smic, c'est une honte ! Ils ne savent même pas avec quoi on vit ! Qu'ils se privent un petit peu, qu'ils se mettent à notre niveau et ils verront. Ils constateront que la vie, c'est de la merde. Il n'y a que ça à dire, c'est de la merde parce qu'on ne vit pas.

Je serai tout le temps là, sur ce rond-point, pour mes enfants. Si je peux obtenir quelque chose, si je peux réussir à faire en sorte que ça change, je serai sur le terrain pour mes enfants, même s'il y a des casseurs. Je suis contre la violence mais pour moi, si ça a bougé, c'est grâce à la casse. C'est con mais s'il faut que ça aille encore plus loin pour que ça bouge encore plus loin, il faudra que ça arrive."