Strasbourg : manifestation contre l'ouverture d'un local identitaire

  • A
  • A
Les antifascistes ont appelé à manifester à Strasbourg (photo d'illustration). © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Plusieurs associations antifascistes ont appelé à manifester contre l'installation d'un local pour les "SDF français" par le mouvement identitaire "Bastion social".

Près de 250 personnes ont manifesté samedi à Strasbourg pour dénoncer l'ouverture de l'Arcadia, un local géré par le mouvement identitaire "Bastion social" dans un quartier proche du centre. "Fermons l'Arcadia". "Pas de fachos dans nos quartiers" : les manifestants réunis par un appel de la "Brigade antifasciste de Strasbourg" et de plusieurs collectifs de vigilance contre l'extrême droite ont défilé dans le quartier de la gare en scandant des slogans hostiles au mouvement identitaire. 

Une "démarche d'exclusion". Plusieurs dizaines de policiers et de gendarmes mobiles ont encadré la manifestation pour éviter tout heurt. La mairie de Strasbourg a fermement condamné l'initiative du "Bastion social". "Ce projet vient entacher notre image et va à l'encontre de notre vocation de capitale européenne des droits de l'homme", a estimé le maire socialiste Roland Ries. "L'intitulé de 'Bastion social' cache en effet une activité bien moins honorable que celle affichée, car il s'agit en vérité d'une démarche d'exclusion", a expliqué l'élu. 

Un local pour les "SDF français". Le slogan du mouvement, "Les nôtres avant les autres", inquiète également l'antenne de la Licra du Bas-Rhin, qui a fait part dans un communiqué de sa "profonde indignation". L'Arcadia comprend un bar associatif et "un espace d'accueil pour les Français SDF ou dans le besoin" a expliqué un porte-parole du "Bastion Social". L'association affirme posséder un bail pour ce local, qui peut recevoir "une bonne centaine de personnes" et "devrait être ouvert trois soirs par semaine", a-t-il précisé.

Ce mouvement est né à Lyon au printemps à l'initiative de Steven Bissuel, responsable local du GUD (Groupe union défense). Au mois de mai, ses membres avaient investi un bâtiment désaffecté du centre de Lyon pour y héberger des SDF. Ils en avaient été expulsés en juin par la police, à la demande de la mairie, propriétaire du bâtiment.