"Soigner" l'homosexualité avec "du cyanure" : des associations portent plainte contre un blogueur

  • A
  • A
La vidéo de Bassem Braiki s'inscrit dans le contexte de la polémique sur les propos du pape et de l'homosexualité.
La vidéo de Bassem Braiki s'inscrit dans le contexte de la polémique sur les propos du pape et de l'homosexualité. © Capture d'écran
Partagez sur :
Une plainte a été déposée après la vidéo postée mardi sur Snapchat par le blogueur Bassem Braiki, qui affirmait vouloir se battre "bec et ongles pour la normalité".

Dans une vidéo postée mardi sur le réseau social Snapchat, le blogueur Bassem Braiki recommandait aux personnes LGBT de "se soigner" en prenant "un Efferalgan à mélanger avec du cyanure".

Têtu rapporte que l'Amicale des Jeunes du Refuge a porté plainte auprès du Procureur de la République de Lyon contre le blogueur, l'accusant de tenir des propos homophobes. LCI  précise que la plainte qualifie les propos de Bassem Braiki de "faits d'incitation à la haine et de discrimination". D'autres associations ont également saisi la justice, ajoute Ouest-France.  

Des "propos homophobes intolérables". Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti LGBT Frédéric Potier a pour sa part signalé au Procureur de la République de Paris des propos qu'il estime être "homophobes" et "intolérables". 

Une vidéo qui fait suite aux propos polémiques du pape. Publiée sous le pseudo BBR SIXNEUF2, la vidéo de Bassem Braiki s'inscrit dans le contexte de la polémique entourant les propos du pape, incitant les parents d'enfants homosexuels à recourir à la psychiatrie. Selon le blogueur, il faut "éradiquer ce phénomène : avant t'étais homo, tu vivais ça en cachette [...]". "Aujourd'hui vous voulez nous imposer des trucs, vous voulez que ça devienne normal. Et ben nous, on se battra bec et ongles pour la normalité", lâche-t-il.

Un homme déjà connu de la justice. Têtu rappelle que Bassem Braiki est déjà connu de la justice. Il a été condamné à un an de prison, dont six mois avec sursis, pour avoir agressé un homme handicapé, et à 1.000 euros d'amende pour insultes et menaces envers des supporters de l'Olympique lyonnais et des policiers. En février dernier, il avait également enjoint ses abonnés à l'aider à déloger une famille de Roms d'une maison qu'elle squattait.