SNCF : avec ses annonces, "Guillaume Pépy est en train d'écrire son testament"

, modifié à
  • A
  • A
Guillaume Pépy a également affirmé qu'"il n'y a pas de plan de fermeture des petites lignes".
Guillaume Pépy a également affirmé qu'"il n'y a pas de plan de fermeture des petites lignes". © ERIC CABANIS / AFP
Partagez sur :
Quelques mois avant de quitter son poste, le patron de la SNCF Guillaume Pépy se targue dans les colonnes du "JDD" d'un taux de ponctualité des TER record. Des propos qui ne convainquent pas le vice-président de la région Hauts-de-France en charge des transports.
RÉACTION

Avant de quitter son siège de patron de la SNCF au mois de décembre, "Guillaume Pépy est en train d'écrire un testament". C'est comme cela que Franck Dhersin, vice-président de la région Hauts-de-France en charge des transports, a interprété les propos de Guillaume Pépy dans les colonnes du JDD, dimanche.

Sur certains créneaux "on n'est pas bon"

Le président de la SNCF se targue notamment d'un taux de ponctualité des TER au plus haut depuis dix ans, à 93%. "Le taux de ponctualité général sur toute une journée ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse, c’est le taux de ponctualité quand on transporte 80% des gens, c’est-à-dire le matin et le soir", réagit Franck Dhersin sur Europe 1.

Selon lui, "le matin et le soir, les taux sont largement en-dessous de 93%" : "Or, c’est là malheureusement qu’il y a un problème. Ce sont ces trains-là qui sont constamment annulés, en retard, alors que l’on annonce un train long, c’est un train court…" C'est sur ces créneaux "qu'il faut être bon et c'est là que l'on n'est pas bon".

"On ne donne pas véritablement les moyens à la SNCF de se restructurer"

Guillaume Pépy a également affirmé qu'"il n'y a pas de plan de fermeture des petites lignes". "C’est vrai, il n’y a pas de plan du tout. Il n’y a même pas de plan d’entretien, il n’y a pas de plan d’ouverture", ironise Franck Dhersin. Ce dernier se dit "pas rassuré" aujourd'hui car "on ne donne pas véritablement les moyens à la SNCF de se restructurer".

Europe 1
Par Jihane Bergaoui, édité par Grégoire Duhourcau