Rougeole : un premier décès en France cette année

, modifié à
  • A
  • A
"90% des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés", a souligné Santé publique France. (Photo d'illustration)
"90% des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés", a souligné Santé publique France. (Photo d'illustration) © YURI DYACHYSHYN / AFP
Partagez sur :
Une patiente est morte en début d'année de la rougeole, premier cas recensé en France en 2019, selon Santé publique France. 

Un premier décès dû à la rougeole a eu lieu cette année en France, des suites d'une encéphalite, a indiqué mercredi l'agence sanitaire Santé publique France dans son bulletin hebdomadaire. "Afin de protéger l'anonymat de la patiente décédée, aucune information ne pourra être communiquée sur les lieu et date de décès", a précisé un porte-parole de l'agence sanitaire.

Trois décès en 2018. Sur l'ensemble de l'année 2018, trois personnes étaient mortes de la rougeole, maladie très contagieuse qui peut causer des complications graves voire fatales (encéphalite, pneumonie, perte de vision). En tout, une vingtaine de personnes sont mortes de cette maladie depuis 2008.

Trois cent cinquante cas, dont 100 hospitalisations. Depuis le début de l'année 2019, la rougeole a touché 350 personnes en France, soit nettement moins que sur la même période en 2018 (966), selon le point hebdomadaire publié mercredi. Cent patients ont dû être hospitalisés (dont cinq en réanimation) et pour 27 d'entre eux, la rougeole a provoqué des pneumopathies, une complication grave. "90% des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés", a souligné Santé publique France.

Le vaccin désormais obligatoire en France. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Unicef ont alerté récemment face au rebond de la rougeole dans le monde. Selon l'Unicef, dix pays, dont le Brésil, l'Ukraine et la France, sont responsables de trois-quarts environ de l'augmentation totale des cas en 2018. En France, le vaccin a été rendu obligatoire pour les enfants nés après le 1er janvier 2018. Auparavant, il faisait partie des vaccins recommandés. Une première injection est faite aux 12 mois de l'enfant, suivie d'une seconde entre 16 et 18 mois.