Des vacances en famille pour les enfants défavorisés

, modifié à
  • A
  • A
soleil, vacances, famille, mer, plage 1:36
L'association Caritas Alsace offre aux enfants défavorisés la possibilité de partir en vacances. © JENS BÜTTNER / DPA / AFP
Partagez sur :
Un enfant sur trois ne part pas en vacances : pour remédier à ce triste constat, l'association Caritas Alsace propose, chaque été, à des familles d'accueillir des enfants issus de milieux défavorisés pour quelques semaines. Notre journaliste a rencontré l'une de ces familles. Celle-ci reçoit chaque année Israël, un petit garçon de sept ans. 
REPORTAGE

Alors qu'un enfant sur trois ne part pas en vacances, l'association Caritas Alsace permet à des enfants issus de familles défavorisées de bénéficier d'un semblant de dépaysement. Depuis 70 ans, des jeunes sont, chaque été, accueillis dans des familles où ils profitent d'activités variées pendant une quinzaine de jours. Au mois d’août, une trentaine de petits Alsaciens partent dans des familles de la région. Notre journaliste, Charlotte Baechler, est allée à la rencontre de l'une d'entre elles. 

C'est le deuxième été que cette famille alsacienne accueille Israël, sept ans, pour les vacances. Le reste de l’année, le petit garçon habite avec sa mère, sa sœur et son frère au 17e étage d’une tour à une centaine de kilomètres de là.

Ces vacances lui permettent non seulement de changer d'environnement mais aussi de retrouver Nathan, âgé d'un an de moins que lui. Dans cette maison de campagne, les deux copains passent le plus clair de leur temps dans la piscine, sous l’œil bienveillant des parents. 

"Comme un poisson dans l'eau"

Bernard et sa compagne n'ont pas hésité à renouveler l'expérience cette année. "Là, je pense qu'il est très bien. Il sort de sa ville habituelle, il est à la campagne. Il y avait une toute petite appréhension mais il s’est tout de suite senti comme un poisson dans l’eau", constate Bernard. 

"On a juste une place à table à offrir et un lit. Pour le reste, on ne change pas nos habitudes. On offre la même chose à Israël que pour Nathan, on ne fait pas de différences. Il n'y a pas de planning spécifique. Ils sont sous nos mêmes règles, ont les mêmes droits et devoirs", précise la mère de famille. 

L'été prochain, Israël sera une nouvelle fois la bienvenue dans la famille. Il partira avec elle, en Bretagne, dans sa maison de vacances.

Europe 1
Par Charlotte Baechler, édité par T.F