Jean-Louis Étienne : "La planète n'est pas perdue, mais l'humanité, elle, est en difficulté"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité vendredi d'Europe 1, le médecin et explorateur a estimé que, face au réchauffement climatique, il fallait une "réponse comportementale et technologique". 
INTERVIEW

Est-il trop tard pour inverser la tendance du réchauffement climatique ? Alors que les rapports alarmants sur l'avancée du réchauffement se multiplient, Jean-Louis Étienne, invité vendredi d'Europe 1, estime que "la planète n'est pas perdue". "C'est l'humanité qui est en difficulté", insiste le médecin et explorateur. 

"La planète va se restaurer quoi qu'on fasse, mais on créé une situation qui risque de se dégrader", a-t-il regretté au micro de David Doukhan, relevant qu'"on voit se multiplier les manifestations climatiques extrêmes", avec par exemple les dernières inondations dans l'Aude. "On a déréglé la machine climatique", note-t-il encore. 

"On a perdu beaucoup de temps"

"Ça ne fait que s’aggraver", explique Jean-Louis Étienne, pour qui "on a perdu beaucoup de temps" à discuter de la réalité de ce réchauffement climatique. "Le réchauffement n'est pas un sujet de discussion populaire, ça ne se perçoit pas", s'agace-t-il. 

Mais, face à l'urgence, quelles mesures adopter ? Faut-il, si besoin, modifier radicalement nos comportements au risque de renoncer à une part de notre liberté individuelle ? "Je ne crois pas", répond Jean-Louis Étienne à propos d'une éventuelle perte de liberté. La réponse, ajoute l'explorateur, "est à la fois comportementale et technologique". Par ailleurs, rappelle-t-il, la technologie est déjà en train d'évoluer, avec les éoliennes, les panneaux solaires, les voitures à hydrogène. "Les avionneurs ont compris la sonnette d'alarme", relève-t-il également, alors que la question du coût écologique du transport aérien est au cœur des débats. "Dans les bureaux d'étude, ils sont tous en train de travailler pour faire des moteurs qui vont consommer moitié moins."

Europe 1
Par Antoine Terrel