Randall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Daval : "aucun intérêt à ce qu'il maintienne un mensonge"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Matthieu Belliard, l'un des avocats de Jonathann Daval revient sur les aveux complets de l'informaticien de 35 ans, qui a reconnu avoir tué sa femme Alexia, et avoir brûlé son corps.

La reconstitution qui a eu lieu lundi a été décisive. Jonathann Daval a livré des aveux complets sur le meurtre de sa femme, Alexia, avouant avoir lui-même "procédé à la crémation du corps" d'Alexia, après l'avoir battue et étranglée. Sur Europe 1, l'un de ses avocats Randall Schwerdorffer est revenu sur ces aveux.

"On sait toute la vérité : comment il l'a tué, les coups portés, de quelle façon elle a été étranglée et comment la crémation est intervenue", résume Randall Schwerdorffer.

Lors de cette reconstitution qui a duré sept heures, Jonathann Daval a fini par décrire le crime en détail, notamment lorsque ses beaux-parents se sont adressés à lui. "Ce sont plusieurs choses combinées qui ont créé une émotion et c'est cette émotion qui a permis à Jonathann Daval de s'exprimer", indique l'avocat. "Dans l'émotion, Jonathann arrive à parler et à aller au bout de ses explications, au bout de la vérité", ajoute-t-il.

"Jonathann était en train d'enkyster son futur procès dans un mensonge"

En janvier 2018, lors de sa garde à vue, Jonathann Daval avait avoué avoir tué sa femme lors d'une dispute, avant de faire volte-face une semaine après, en accusant son beau-frère Grégory Gay, le conjoint de la sœur d'Alexia. Une version définitivement écartée après les aveux de lundi matin. "La défense n'avait aucun intérêt à ce que Jonathann maintienne un mensonge", souligne Randall Schwerdorffer.

Deux des collaborateurs de Randall Schwerdorffer avaient rendu visite à Jonathann Daval, en fin de semaine dernière dans sa prison de Dijon, lui livrant "ce mot d'ordre (…), 'libérez-vous et dites exactement ce qui s'est passé'". "Jonathann était en train d'enkyster son futur procès dans un mensonge. Au moins, on sait la vérité et maintenant, on va pouvoir travailler sur sa défense de manière beaucoup plus constructive", confie son avocat.

Un procès qui ne devrait pas se dérouler avant "le deuxième semestre 2020", selon le procureur de Besançon Étienne Manteaux. "Comment a-t-il pu passer à l'acte ? C'est ça, à présent, qui va nous intéresser", conclut Randall Schwerdorffer.