Procès Tron : six ans de prison requis contre l'ex-secrétaire d'État jugé pour viols

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'avocat général a requis mercredi une peine de six ans d'emprisonnement contre Georges Tron, jugé pour viols. Le verdict est attendu jeudi.

Après trois semaines de procès, l'avocat général a requis mercredi six ans de prison ferme contre l'ex-secrétaire d'État et maire en exercice de Draveil, Georges Tron, pour les viols de deux de ses anciennes employées. 

Quatre ans de prison requis contre son ancienne adjointe. L'avocat général a requis quatre ans de prison à l'encontre de son ancienne adjointe à la Culture, Brigitte Gruel, jugée à ses côtés depuis le 23 octobre devant les assises de Seine-Saint-Denis. Il a aussi demandé qu'ils soient tous deux déclarés inéligibles pendant cinq ans et leur inscription sur le fichier des délinquants sexuels. Le verdict est attendu jeudi, plus de sept ans après les dépôts de plainte, en mai 2011, de deux ex-employées municipales et une dizaine d'années après les scènes qu'elles dénoncent.

Virginie Ettel et Eva Loubrieu, 41 et 44 ans, accusent Georges Tron, maire de Draveil depuis 1995, et Brigitte Gruel de leur avoir, ensemble, imposé des attouchements et des pénétrations digitales. Georges Tron avait démissionné le 29 mai 2011 de son poste de secrétaire d'État à la Fonction publique.

Dénégations constantes des accusés. Les accusés, âgés de 61 ans, ont toujours nié en bloc, estimant que le "ressentiment" des anciennes employées avait été exploité par leurs opposants locaux d'extrême droite. La position de l'avocat général était très attendue, le ministère public s'étant toujours opposé au renvoi devant les assises de l'élu et de son ex-adjointe. La tenue d'un procès avait finalement été décidée en 2014 par la chambre de l'instruction, à contre-courant du non-lieu prononcé un an plus tôt par des magistrats.