"J'ai la gorge qui pique et les yeux qui grattent" : la chaleur augmente le risque de pollution à l'ozone

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Avec le pic de chaleur attendu sur toute la France mardi, la concentration d'ozone va augmenter. Or ce polluant fabriqué à partir des émissions issues de l'activité humaine est irritant.
REPORTAGE

La journée de mardi sera marquée par de fortes chaleurs. Météo France prévoit des températures autour de 30°C sur les trois-quarts de la France. Et ces pics de chaleur ne sont pas sans conséquences sur la pollution atmosphérique. En Île-de-France, par exemple, ils seront accompagnés d'une forte concentration d'ozone, un polluant irritant qui voyage facilement et pourrait se ressentir dans toute la France. 

Une pollution qui inquiète les habitants de la capitale

Au moindre rayon de soleil, ces amateurs de bronzette s'allongent en maillot de bain dans les parcs parisiens. Pourtant, Valérie se dit de plus en plus sensible à la pollution. "J'ai la gorge qui pique et surtout les yeux qui grattent", décrit-elle au micro d'Europe 1.

"J'habite au sixième étage et quand je regarde vers la porte de Saint-Cloud [au Sud-Ouest de la capitale], je vois le ciel bleu et du ciel gris plus loin", explique quant à elle Justine. "C'est un peu inquiétant, on se dit qu'il y a quand même un problème de pollution dans Paris."

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

Un polluant irritant fabriqué par les émissions humaines

Avec le thermomètre qui grimpe, les niveaux d'ozone augmentent. "L'ozone est un polluant qui se fabrique à partir de ce qu'on émet, de l'oxyde d'azote qui vient principalement du trafic routier, de notre habitation - les colles, les peintures, les produits ménagers...", explique Charlotte Songeur, ingénieure à AirParif. "Et ces polluants vont réagir entre eux quand il va faire beau et chaud. Donc plus il va faire beau et chaud, plus on va avoir un risque de fabriquer de l'ozone."

Par ailleurs, il s'agit d'un polluant qui voyage beaucoup. "On va donc le retrouver partout en Île-de-France et en France, et pas seulement dans les agglomérations", conclut Charlotte Songeur. "Les niveaux d’ozone sont plus soutenus en zone rurale autour de la région parisienne que dans l’agglomération parisienne", rappelle AirParif. 

Des risques de surmortalité

Bien qu'irritant, ce polluant n'est pas soumis à une réglementation européenne comme le sont le dioxyde d'azote (N0x) ou les particules fines (PM10). L'ozone peut provoquer des gênes respiratoires et oculaires. Selon l'institut de veille sanitaire Santé publique France, lors de la canicule de 2003, la concentration d'ozone aurait contribué à environ 380 décès prématurés. Alors pour éviter toute gêne, AirParif conseille d'aérer son logement la nuit et de faire vos activités sportives plutôt le matin.

Europe 1
Par Jihane Bergaoui, édité par Marthe Ronteix