Parcoursup : une semaine après, ces candidats victimes du bug vivent "un stress total"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le bug de Parcoursup, qui a fait passer certains candidats du statut de l'admission à la file d'attente, n'est toujours pas résorbé. "C'est un ascenseur émotionnel", déplore une lycéenne au micro d'Europe 1.

Il y a une semaine, de nombreux élèves inscrits sur Parcoursup se réveillaient avec une mauvaise surprise : ils s'étaient endormis "admis" dans la formation de leur choix avant de se réveiller en liste d'attente dans cette même formation. En cause, une "erreur humaine", selon Frédérique Vidal, chargée de l'Enseignement supérieur au sein du gouvernement. Son ministère n'a toujours pas révélé le nombre de candidats directement touchés par ce bug.

Parcoursup, "la première chose que je fais le matin"

Parmi tous ces élèves concernés, beaucoup ne s'en sont toujours pas remis, une semaine après. C'est le cas de Lise, élève en terminale ES, qui n'arrive pas à penser à autre chose, ce qui lui a coûté plusieurs jours de révision en vue du baccalauréat. Vendredi dernier, elle était admise dans un BTS tourisme, avant de se retrouver quelques heures plus tard en liste d'attente.

Entendu sur europe1 :
Dans la journée, je vais aller regarder deux, trois fois pour voir si je n'ai pas augmenté dans la liste d'attente

"Quand je me lève le matin, la première chose que je fais c'est d'aller regarder mon portable pour voir à quelle place je suis", confie-t-elle, stabilisée à la 18ème position après avoir fait le yoyo de la première à la 64ème place. "Dans la journée, je vais aller regarder deux, trois fois pour voir si je n'ai pas augmenté dans la liste d'attente. Il faut téléphoner à Parcoursup et espérer qu'il n'y ait pas un nouveau bug… C'est un ascenseur émotionnel, on ne sait pas à quoi s'attendre. C'est vraiment un stress total."

"A minima un problème de formation"

On savait que 400 formations avaient confondu le nombre de places réelles dans leur établissement et le nombre de places sur leur liste d'attente. Mais on ne sait toujours pas comment ces formations ont pu commettre la même erreur simultanément. "Il y a un enquête qui va être mise en place à l'inspection, et on attend de voir qui sont les véritables responsables", insiste Samuel Cywie, porte-parole de l'association de parents d'élèves Peep. "Pour qu'il y ait au moins 400 personnes qui fassent la même erreur au même moment, ça veut dire qu'il y a minima un problème de formation des personnels."

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

De son côté, le ministère de l'Enseignement supérieur veut relativiser l'onde de choc du bug et préfère insister sur un résultat : à ce jour, 72% des élèves ont reçu au moins une proposition de leur choix.