Bug sur Parcoursup : Frédérique Vidal regrette "une erreur humaine qui n'aurait pas dû se produire"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Des élèves qui avaient formulé leurs vœux pour la rentrée sur Parcoursup se sont vu accepter dans des formations, avant d'être placés en liste d'attente. La ministre de l'Enseignement supérieur admet "une erreur humaine" et assure que "tout fonctionne" désormais.
INTERVIEW

"C'est quelque chose qui n'aurait jamais dû se produire." Vendredi soir, sur Europe 1, la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal est revenu sur le bug survenu sur Parcoursup, la plateforme d'orientation des lycéens et des étudiants : des candidats qui avaient d'abord reçu une réponse positive pour leurs vœux dans plusieurs centaines de formations recensées sur la plateforme ont eu la mauvaise surprise de découvrir qu'ils étaient en réalité placés sur liste d'attente. 

"Environ 400 formations se sont trompées quand elles ont indiqué leur capacité d'accueil", explique la ministre sur notre antenne. "Lors du paramétrage, les établissements ont rentré le nombre de candidats en liste d'attente dans la case censée contenir le nombre maximal de candidats qu'ils pouvaient accueillir."

"Tout a été vérifié"

"La difficulté a été identifiée dès hier matin [jeudi matin, jour des premières affectations pour les 900.000 candidats, NDLR] à la fois au niveau du ministère et au niveau des établissements eux-mêmes qui ont vu arriver un nombre de candidats anormalement élevé", poursuit Frédérique Vidal.

>> De 17h à 20h, c’est le grand journal du soir avec Matthieu Belliard sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Nous avons fait le choix de geler la plateforme de façon à identifier toutes les formations, remettre les bons chiffres dans les bonnes cases avec l'ensemble des établissements de façon à ce que la procédure puisse reprendre dès aujourd'hui. Tout a repris depuis cet après-midi, tout est correct. (…) Tout a été vérifié, et tout fonctionne", assure-t-elle.

Pour la ministre, c'est donc "une erreur humaine, malheureusement" qui a causé la déception chez un nombre encore inconnu de candidats. "Je ne peux que comprendre l'émotion immense d'avoir une réponse positive et de se voir mettre en liste d'attente", admet la ministre, qui présente "évidemment" ses excuses aux élèves et à leurs parents.