Parcoursup : "nous avons décidé d’accélérer le calendrier", annonce Frédérique Vidal

, modifié à
  • A
  • A
En 2019, le futur étudiant sera fixé sur son sort 14 jours seulement après l'obtention de son bac, annonce Frédérique Vidal.
En 2019, le futur étudiant sera fixé sur son sort 14 jours seulement après l'obtention de son bac, annonce Frédérique Vidal. © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
La ministre de l'Enseignement annoncé mercredi dans "Le Parisien" qu'en 2019, la première phase de Parcoursup se clôturera le 19 juillet, au lieu du 5 septembre en 2018.

Plus de rapidité pour moins de stress... Voilà le message lancé mercredi par Frédérique Vidal. A l'occasion de l'ouverture de la plateforme d'orientation Parcoursup jeudi, la ministre de l'Enseignement supérieur livre dans un entretien au Parisien les nouveautés de cet outil, destiné aux lycéens, pour sa deuxième année d'existence.

Clôture fixée au 19 juillet. "Nous avons décidé d’accélérer le calendrier", annonce d'emblée la ministre, tout en regrettant "la lenteur" en août dernier des réponses destinées aux bacheliers frais émoulus. Ainsi, "l’an prochain, la phase principale fermera bien plus tôt, le 19 juillet au lieu du 5 septembre". Résultat, le futur étudiant sera fixé sur son sort 14 jours seulement après l'obtention de son bac. La phase complémentaire, elle, se terminera le 14 septembre.

Moins de stress pour les candidats sur liste d'attente. Autre nouveauté, annonce Frédérique Vidal, "le candidat sur liste d’attente pourra connaître non seulement son rang mais aussi celui du dernier appelé l’année d’avant". Le but étant que "s’il voit que d’autres avant lui ont été pris alors qu’ils étaient 700ème sur liste d’attente pour une formation de 500 places", "cela le déstressera", estime la ministre. 

Un Parcoursup plus pédagogique. Parcoursup nouvelle version va aussi se montrer plus transparent. Alors qu'à partir de jeudi, les lycéens vont pouvoir consulter l’offre de formation, "un effort de pédagogie" va être fait "pour expliquer ce qui se cache derrière certains sigles". "Il faut que l’offre de formation soit plus claire pour permettre aux jeunes de mieux se repérer", argumente Frédérique Vidal. D'autant plus que, autre progrès de cette année, le catalogue de formations en ligne en accueille 1.000 de plus, dont les écoles en soins infirmiers.