Le nom de Jean-Paul Bailly évoqué pour animer le "grand débat national"

, modifié à
  • A
  • A
Jean-Paul Bailly, ancien président du groupe La Poste, fait partie des personnalités envisagées pour piloter le "grand débat national".
Jean-Paul Bailly, ancien président du groupe La Poste, fait partie des personnalités envisagées pour piloter le "grand débat national". © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Jean-Paul Bailly fait partie des personnalités envisagées pour animer le "grand débat national" aux côtés des deux ministres Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon. Le nom de Nicolas Notat, un temps évoqué, a été écarté.

Le liste officielle des personnalités chargées d'animer le "grand débat national" voulu par Emmanuel Macron continue de se fait attendre. Le nom de Jean-Paul Bailly (ex-La Poste) est évoqué pour être l'une des "personnalités indépendantes" chargées d'animer le grand débat national aux côtés de deux ministres, Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon. Jean-Paul Bailly, 72 ans, est l'ancien président du groupe La Poste.

Cafouillage autour de Nicole Notat. Le nom de Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT, a aussi été un temps évoqué, avant d'être écarté. Le ministre de l'Environnement François de Rugy avait cité son nom lundi à Bordeaux. Mais une source gouvernementale a précisé à Europe 1 que Nicole Notat ne figure finalement pas dans la liste des possibles "garants" indépendants du "grand débat national. Matignon a reconnu que François de Rugy avait fait une "erreur sans conséquence", tout en refusant tout commentaire sur les personnalités qui seront nommées.  

"Le Premier ministre communique cet après-midi et il est trop tôt pour donner quelque nom que ce soit", a plaidé l'entourage du Premier ministre Edouard Philippe. En plus de deux ministres, Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon chargés de l'animation, le Premier ministre doit désigner lundi des personnalités indépendantes chargé d'assurer l'indépendance vis-à-vis du gouvernement de ce grand débat de deux mois décidé par Emmanuel Macron après la mobilisation des "gilets jaunes".