Naufrage dans la Manche : "Quand vous n'avez plus de moteur, vous ne maîtrisez plus rien"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité d'Europe 1, Xavier de la Gorce, président de la Société nationale de sauvetage en mer (SNCM), est revenu sur le naufrage d'une embarcation dans la Manche, au cours duquel trois enfants ont trouvé la mort. 
INTERVIEW

Que s'est-il passé au large d'Agon-Coutainville ? Au lendemain de la mort de trois enfants dans le naufrage d'une embarcation dans la Manche, les circonstances précises de l'accident demeurent inconnues. Mais avant de chavirer en raison d'une vague, la vedette avait été immobilisée par une panne de moteur, à environ 800 mètres de la plage. "Quand vous n'avez plus de moteur, vous êtes comme un bouchon, vous ne maîtrisez plus rien", explique Xavier de la Gorce, président de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), au micro d'Europe 1. "La panne moteur, en plaisance, c'est la première des pannes. C'est ce qu'il y a de plus fréquent."

"Ce n'est pas une question de distance, mais d'état de la mer"

"Dans ces pannes moteurs, il y a un problème d'entretien, de carburant, de savoir-faire", continue Xavier de la Gorce, estimant qu'une famille propriétaire de son bateau, ce qui est le cas du couple parents de deux des trois enfants à bord, "maîtrise a priori mieux son véhicule".

Alors que l'accident a eu lieu à environ 800 mètres de la plage, le président de la SNSM estime que "ce n'est pas une question de distance, mais d'état de la mer et d'expérience des personnes à bord". Huit cent mètres, à bord d'une vedette de type pêche-promenade, "c'est une distance raisonnable", ajoute-t-il.

Mais la mer, précise Xavier de la Gorce, qui attend évidemment les résultats de l'enquête, "c'est comme la haute montagne, on ne part pas sans précaution". Et de donner quelques conseils de base pour partir au large en toute sécurité : "dire où on va, avoir un téléphone portable ou un moyen radio, regarder la météo, prévenir son entourage. Et enfin, savoir connaître ses limites, ne pas avoir trop confiance en soi si on n'est pas sûr de pouvoir faire face en cas de difficulté".