Mortalité routière : six mois après la mise en place des 80 km/h, le bilan s'annonce très positif

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Six mois après l'instauration de l'abaissement de la vitesse sur le réseau secondaire, l'heure est à un premier bilan pour Edouard Philippe. Un record pourrait bien être battu.

Le Premier ministre doit rendre public les chiffres de la mortalité routière 2018 lundi matin. L'annonce est particulièrement attendue, surtout sur fond de crise des "gilets jaunes", nourrie par la grogne contre l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire.

Et si Matignon décide de publier déjà un premier bilan, six mois après la mise en oeuvre de la mesure, c'est que le chef du gouvernement a de bons chiffres à communiquer.

 

>> De 7h à 9h, c'est deux heures d'info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Vers un record battu ? Mardi dernier, le secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Intérieur, Laurent Nunes, avait en partie vendu la mèche devant les sénateurs. "Il convient bien évidemment d'être prudent, mais selon les premiers chiffres dont nous disposons, sur le réseau secondaire, entre le 1er juillet 2018 et le 31 décembre 2018, le nombre de morts a baissé de 13% par rapport à l'année 2017", avait-il glissé. Aujourd'hui, on murmure même que le record de 2013, l'année où il y a eu le moins de morts (3.268) sur les routes, pourrait être battu.

Le 80 km/h toujours critiqué, parfois peu appliqué. De quoi permettre à Édouard Philippe de ne pas se déjuger sur la mesure des 80 km/h qu'il a imposée, même s'il consent à des adaptations. Sur le terrain, l'abaissement de la vitesse est toujours décriée.

À Bucquoy, près de Bapaume, à la frontière entre la Somme (33 tués de janvier et novembre 2018, contre 41 pour toute l’année 2017) et le Pas-de-Calais (60 tués de janvier et novembre 2018, contre 61 pour toute l’année 2017), nombre d'habitants rencontrés par Europe 1 restent mécontents, à l'image de Michel. "On voit rarement la maréchaussée sur cette route, donc je roule à vitesse normale, c'est-à-dire encore à 90 km/h, voire 100 km/h", avoue-t-il sans gêne. 

 

Quid du mois de décembre ? Reste une inconnue : les chiffres du mois de décembre, au cours duquel 60 % des radars ont été mis ors de services, et où les excès de vitesse ont bondi de 250 %. Mais pour plomber le bilan 2018, il faudrait qu'il y ait eu 500 morts en décembre, ce qui est peu probable.

 

À Lyon, une pétition contre le passage à 70 km/h

Le président du Grand Lyon a décidé d'abaisser la vitesse sur le périphérique de 90 km/h à 70 km/h, afin de réduire la pollution, les nuisances sonores et l'accidentologie. L'opposition Les Républicains, qui dénonce une décision prise sans concertation, a lancé une pétition baptisée "Non au 70 km/h". "Qu'ils arrêtent d'embêter les Français. Aujourd'hui, les gens ont de moins en moins de libertés. Arrêtons d'infantiliser nos concitoyens", exhorte Philippe Cochet, l'un des chefs de file LR à la Métropole de Lyon, au micro d'Europe 1.

 

 

 

Europe 1
Par Aude Leroy, Kevin Thuilliez et Jean-Luc Boujon, édité par Anaïs Huet