Mort de Steve Maia Caniço : Christophe Castaner va "rendre publique" l'enquête de l'IGA

  • A
  • A
L'enquête administrative de l'IGPN n'avait pas établi de lien entre l'intervention de la police et la disparition de Steve.
L'enquête administrative de l'IGPN n'avait pas établi de lien entre l'intervention de la police et la disparition de Steve. © LOÎC VENANCE / AFP
Partagez sur :
L'enquête de l'Inspection générale de l'administration, organe de "contrôle supérieur" rattaché au ministère de l'Intérieur, avait été annoncée au mois de juillet par le Premier ministre et vise à aller au-delà des conclusions tirées par l'enquête de l'IGPN.

Christophe Castaner a annoncé mercredi qu'il rendrait "publique" l'enquête de l'Inspection générale de l'administration (IGA), saisie après le décès de Steve Maia Caniço pour comprendre les conditions d'organisation de la Fête de la musique à Nantes, marquée par une opération policière controversée.

Une enquête "pour aller plus loin"

"Nous aurons en interne l'enquête de l'IGA qui sera rendue dans quelques jours, que je rendrai publique et dont je tirerai toutes les conséquences", a affirmé le ministre de l'Intérieur sur RMC/BFMTV. L'enquête, dont les conclusions sont attendues le 4 septembre, "n'est pas encore terminée", a précisé Christophe Castaner. 

Le Premier ministre Édouard Philippe avait annoncé le 30 juillet cette nouvelle enquête "pour aller plus loin" que les conclusions de l'enquête administrative de l'IGPN, qui n'avait pas pu établir de "lien" entre l'intervention de la police et la disparition de Steve Maia Caniço.

L'IGA est un organe rattaché au ministère de l'Intérieur pour lequel il exerce une mission de "contrôle supérieur" notamment de l'action des préfets. Concernant l'affaire Steve, elle a été saisie par le gouvernement "pour comprendre les conditions de l'organisation" de la Fête de la musique. Selon la lettre de saisine que l'AFP a consultée, le chef de l'IGA, Michel Rouzeau, est chargé d'examiner "les modalités de préparation des concerts de sound systems en vérifiant les dispositions prises en matière de sécurité des participants compte tenu des risques identifiés de sécurisation physique du site et de dimensionnement des dispositifs de police et de secours". Il est également chargé d'étudier "les circuits d'information et de décision entre les services de l'État et ceux de la Ville de Nantes" pour cette soirée.

Quatre procédures lancées

Outre les enquêtes administratives de l'IGPN et de l'IGA, quatre autres procédures ont été lancées. Une information judiciaire contre X pour "homicide involontaire" a été ouverte par le parquet de Nantes, confiée à deux juges d'instruction qui ont demandé le dépaysement de l'affaire. La Cour de cassation, saisie de cette requête, ne prendra pas de décision avant la mi-septembre.

L'IGPN est également saisie d'une enquête judiciaire après la plainte collective de 95 participants à la soirée pour "mise en danger de la vie d'autrui et violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique". La police judiciaire de Rennes est également saisie des plaintes de dix policiers blessés, tandis que le Défenseur des droits s'est autosaisi afin d'enquêter sur les conditions dans lesquelles Steve Maia Caniço a disparu.