À partir d'aujourd'hui, les pailles chez McDonald's, c'est fini !

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
La marque de restauration rapide américaine s'implique dans la lutte contre les déchets plastiques et supprime les pailles de ses près de 1.500 restaurants partout en France. Désormais, les gobelets seront munis d'un couvercle avec un bec verseur.

Une petite révolution touche à partir de lundi McDonald's. Selon le Figaro dans son édition du jour, McDo en distribue 600 millions par an. Pour l'ONG Seas at Risk, relayé par BFM TV, c'est même beaucoup plus : 3,2 milliards chaque année. Les pailles en plastique disparaissent à partir de lundi des 1.470 restaurants de la marque de restauration rapide, sous la pression du "plastique bashing". La révolution est en marche. Désormais, il faudra boire sa boisson directement au verre.

Remplacée par un couvercle recyclable

Car les pailles ne sont effectivement pas remplacées. La boisson est versée dans un gobelet, équipé d'un couvercle recyclable en fibre naturelle de papier avec un bec verseur. Le défi a été de trouver un contenant qui ne se renverse pas quand on le transporte, ou quand il est utilisé par des enfants. Cela a nécessité deux ans de recherche à McDonald's. Mais l'innovation va permettre de réduire de 1.200 tonnes l'utilisation de plastique dans les restaurants du fast-food. Chez les concurrents, d'autres choix ont été fait. Comme Burger King, qui a préféré jeter son dévolu sur les pailles en papier.

UGXLLKTSHNBDMMH6DSWA4YBR7A

© McDonald's

Plus de couverts en plastique

Engagé dans un plan "zéro emballage plastique", McDonald's continue de chasser les emballages polluants à usage unique de ses salles de restaurant. La majeure partie sera d'ailleurs fabriquée en papier et en carton recyclés ou issue de forêts certifiées durables. Cela commencera dès le début de l'année prochaine. Plus de couverts en plastique donc, mais en bois. Il faudra aussi faire le deuil des couvercles des glaces McFlurry, qui entre nous ne servaient pas à grand-chose. 

Europe 1
Par Ombline Roche, édité par Cédric Chasseur