Les séismes à Mayotte ? C'était un volcan sous-marin, et ça pose des questions

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Huit cent mètres de haut et près de cinq kilomètres de large : un volcan est bel et bien né dans les profondeurs de l'Océan indien, au large de Mayotte.
ON DÉCRYPTE

C'est désormais confirmé, un volcan de 800 mètres de haut a été découvert sous l'océan, au large de Mayotte, ont annoncé des scientifiques notamment du CNRS, de retour d'une mission en mer jeudi soir. Une découverte qui explique bien des choses.

Des séismes "en essaim", signes de la naissance d'un volcan

Ce volcan, qui fait près de cinq kilomètres de large, a donc poussé, en quelques mois, à 50 kilomètres des côtes de l'archipel. C'est d'ailleurs sa naissance qui a provoqué les quelque 2.000 séismes ressentis depuis le 10 mai 2018 à Mayotte. On parle d'un phénomène de séismes "en essaim", subissant plus de 1.800 secousses de magnitude supérieure ou égale à 3,5, selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). La plus forte jamais recensée dans l'île a été enregistrée à 5,8.

Pendant leur mission en mer, les scientifiques ont relevé un panache de fluides volcaniques s'élevant sur plus de deux kilomètres au-dessus du cratère. "Évidemment, tout cela reste sous l'eau car cela se passe à 3.500 mètres de profondeur. Donc il reste une tranche d'au de 1.000 mètres au-dessus du panache", a expliqué Eric Humler, qui a coordonné les recherches pour le CNRS au micro d'Europe 1. "La question est désormais de savoir si c'est un volcan qui va s'éteindre tout seul ou s'il va s'étendre." 

>> De 5h à 7h, c’est "Debout les copains" avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

De nouvelles dispositions pour assurer la sécurité de l'archipel

Par ailleurs, Mayotte s'était affaissée de 13 centimètres et elle s'était déplacée vers l'Est d'environ 10 centimètres. Cet affaissement, qui se fait "à des taux assez rapides", se poursuit a précisé Nathalie Feuillet, physicienne de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGB). Il pourrait être dû à "la vidange d'un réservoir d'une poche de magma profonde".

Des recherches vont se poursuivre pour mieux comprendre ce phénomène nouveau sur la zone océan indien et anticiper au mieux ces conséquences. Car depuis un an, la naissance de ce volcan a occasionné de nombreux séismes, allant jusqu'à cinq par jour.

La ministre des Outre-Mer Annick Girardin annonce donc un plan d'action pour Mayotte. Elle souhaite s'y rendre en début de semaine prochaine. "Dès maintenant, une mission de la sécurité civile prend l'avion pour se rendre à Mayotte pour mettre en place de nouveaux dispositifs de préparation de la gestion de crise", a assuré la ministre. Elle aura pour mission par exemple de renforcer le système d'alerte en cas de tsunami, même si un tel événement parait très peu probable aux scientifiques.