Manifestation des retraités : "Ce que l'on nous propose, c'est une appréciation à la tête du client"

  • A
  • A
Les retraités sont appelés à manifester jeudi pour demander notamment la suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités.
Les retraités sont appelés à manifester jeudi pour demander notamment la suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités. © Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Alors que neuf syndicats et associations de retraités sont appelés à manifester jeudi, le porte-parole des retraités FO, Didier Hotte, réclame une suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités et une réindexation générale des retraites sur l'inflation.
RÉACTION

Les retraités vont manifester une nouvelle fois, jeudi, à l'appel de neuf syndicats et associations. Des manifestations et des rassemblements sont prévus dans 130 villes à travers la France. Les retraités dénoncent notamment le quasi-gel des pensions alors que le gouvernement a déjà ouvert la porte à un aménagement en faveur des ménages modestes. Mais Didier Hotte, porte-parole des retraités Force ouvrière (FO), affirme jeudi au micro d'Europe 1 que tous les retraités doivent recevoir le même traitement. 

"Les retraités n'acceptent toujours pas l'application de la hausse de la CSG, parce qu'ils considèrent que ce sont tous les retraités qui devraient être exonérés de cette hausse", dénonce Didier Hotte. Face à la fronde, en décembre dernier, Emmanuel Macron avait annoncé l'annulation de la hausse de cette taxe pour les retraités vivant seuls qui touchent moins de 2.000 euros par mois (ou moins de 33.000 euros par an s'ils sont en couple).

Pour une réindexation de toutes les retraites sur l'inflation

Autre point d'achoppement avec les annonces du gouvernement : le quasi-gel des pensions de retraites, sauf pour les retraités les moins aisés. "On a entendu des rumeurs sur une revalorisation différenciée d'une partie des retraites, c'est-à-dire qu'on appliquerait une revalorisation indexée sur l'inflation uniquement aux petites retraites", rappelle Didier Hotte au micro d'Europe 1. 

"Bien entendu, on est content pour ceux à qui cela bénéficierait. Mais ce que l'on nous propose, c'est de faire une appréciation à la tête du client. De ce point de vue, le gouvernement est en train de donner de mauvais signaux aux retraités. On nous dit : 'Peut-être que vous êtes un peu plus pauvres. Peut-être que c'est de notre faute mais on va essayer de rectifier pour ceux qui sont le plus touchés.' Or c'est un droit, et il faut l'appliquer à tout le monde, sinon on n'est plus en République."

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Pour réaliser des économies, le gouvernement prévoit en effet de sous-revaloriser les pensions de 0,3% en 2019 et en 2020, nettement en deçà de l'inflation qui tourne actuellement à 1,9%. Une "désindexation" qui induit un manque à gagner pour les retraités. 

D'autres revendications concernant notamment la dépendance

Par ailleurs, les revendications se sont étendues au sujet de "la prise en charge de la perte d'autonomie", au cœur de la future réforme de la dépendance, et à "l'amélioration des pensions de réversion", point sensible de la réforme des retraites. "Nous travaillons fortement sur la réversion", a souligné Maud Giloux (CFE-CGC), tandis que Jacqueline Valli (CFTC) a prévenu : "On sera très vigilants, on ne lâchera pas sur ce dossier".

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Marthe Ronteix