Lutte contre l'islamisme : "On a laissé faire", dénonce l'avocat de "Charlie Hebdo"

, modifié à
  • A
  • A
Richard Malka est l'avocat du journal Charlie Hebdo. 1:08
Richard Malka est l'avocat du journal Charlie Hebdo. © GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
La mort du professeur Samuel Paty, sauvagement assassiné près d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, relance le débat autour de la lutte contre l’islamisme radical. Au micro d’Europe 1, Richard Malka, l’avocat de Charlie Hebdo, dénonce l’aveuglement de la classe politique.
INTERVIEW

Dans un contexte particulièrement difficile, quelques jours seulement après l’assassinat de Samuel Paty, décapité près d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine, le procès des attentats de janvier 2015 a repris lundi. Un hommage a été rendu au professeur assassiné. Richard Malka, l’avocat de Charlie Hebdo, a regretté au micro d'Europe 1 l’absence de volonté et de courage politique dans le combat contre l’islamisme radical.

"Ils n’ont pu prospérer que grâce à cette arme de destruction massive de notre République que sont les accusations d’islamophobie constantes qui permettent à l’islamisme depuis 20 ans de pénétrer tous les milieux", a-t-il déclaré, pointant du doigt la classe politique.

"Cela fait 20 ans qu’on nous insulte"

"On a laissé faire. On veut des actes, on a besoin que les pouvoirs publics ne soient plus tétanisés par ces accusations d’islamophobie. On a besoin que chaque fonctionnaire de ce pays soit investi d’une mission de respect de la laïcité et d’alerte quand il y a des atteintes à la laïcité. On a besoin que notre Président de la République et que notre Premier ministre agissent", dénonce-t-il.

"Ce n’est pas un excès de fermeté qui a conduit à cette situation, c’est un excès de compromission. Ce sont nos renoncements, c’est le déni de la réalité. Cela fait 20 ans qu’on nous insulte et qu’on nous dit qu’il n’y a pas de problème. Eh bien si il y a des problèmes !" a-t-il poursuivi.

Europe 1
Par Chloé Triomphe édité par Léa Leostic