Les radars qui flashent les excès de vitesse vont aussi vérifier si le conducteur est assuré

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'État se lance à la chasse des 700.000 automobilistes qui roulent sans assurance. Une campagne de sensibilisation est lancée, avant que ne tombent les premières amendes.

Gare à vous, si vous conduisez sans assurance ! En France, quelque 700.000 automobilistes se passent de contrat d’assurance. Mais désormais, à chaque fois qu’un conducteur sera contrôlé ou flashé, les autorités pourront vérifier s’il est bien assuré ou non, sanction à la clé. En attendant, et pour inviter les non assurés à remédier au plus vite à cette situation, une campagne de sensibilisation est lancée mercredi. Elle devrait durer trois mois.

Le conducteur en mal d’assurance qui a été identifié par les autorités recevra une lettre de sensibilisation, pour lui demander de s’assurer rapidement. Ce courrier sera envoyé par le Fonds de garanties des assurances obligatoires, le FGAO, un organisme qui est chargé d'indemniser les victimes d'accidents, puis de récupérer cet argent auprès des auteurs de l'accident. En 2018, 26.000 dossiers ont été traités pour un montant global d'indemnisations de 150 millions d'euros, un chiffre qui ne cesse d'augmenter ces dernières années.

Jusqu'à 1.000 euros d'amende

Les policiers et gendarmes sur le terrain, mais aussi le centre de traitements des amendes de Rennes, pourront vérifier si un conducteur est bien assuré grâce au "fichier des véhicules assurés", mis par les assureurs à la disposition des forces de l'ordre depuis le 1er janvier dernier, et actualisé quotidiennement.

Si le conducteur se met en règle en quelques jours, il ne sera pas sanctionné. En revanche, s'il reste hors la loi, il devra payer une amende de 500 euros, majorée à 1.000 euros au bout de 45 jours. En 2018, 175 personnes sont mortes dans un accident de voiture impliquant un véhicule non-assuré, ce qui représente 5% des morts sur la route.

Europe 1
Par Aude Leroy, édité par R.D.