Les États généraux de l'alimentation, "le plus grand mensonge politique de ce quinquennat"

  • A
  • A
2:34
© DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Après les États généraux de l'alimentation, le gouvernement ne s'est pas donné les moyens de ses ambitions avec la loi agriculture et alimentation, estime le chroniqueur gastronomique, Périco Légasse, sur Europe 1.
LE TOUR DE LA QUESTION

Faire en sorte que les agriculteurs soient mieux rémunérés pour leurs productions, c'est l'objectif majeur de la loi agriculture et alimentation, dont le texte largement amendé a été définitivement adopté le 2 octobre par le Parlement. Pour ce faire, le gouvernement a demandé à la grande distribution de diminuer ses marges sur les produits agricoles. Chez Wendy Bouchard vendredi matin sur Europe 1, Serge Papin, qui fut PDG de Système U pendant 13 ans, et Périco Légasse, chroniqueur gastronomique et rédacteur en chef à Marianne, se sont écharpés sur la portée réelle de cette loi.

Une marge à répercuter sur les producteurs. La loi agriculture et alimentation prévoit notamment que les produits devront désormais être vendus par les magasins au moins 10% au-dessus de leur prix d'achat, à partir de 2019. "Ça va donc donner une marge de manœuvre aux distributeurs. Cela a été fait pour qu'il y ait une meilleure rémunération des paysans", assure Serge Papin, qui indique être directement à l'origine de ce dispositif. L'ancien PDG attend désormais des engagements de ces distributeurs. "Il ne serait pas normal qu'ils s'en servent pour augmenter leurs propres marges. Elle est faite pour les agriculteurs", rappelle-t-il.

>> De 9h à 11h, c'est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l'émission ici

Les distributeurs encouragés mais pas contraints. Du côté de Périco Légasse, avec qui Serge Papin a cosigné le livre Du panier à l'assiette : Alimentation, grande distribution, agriculture… Pour en finir avec la malbouffe !, l'espoir a laissé place à la désillusion. "Ces États généraux de l'alimentation, c'est le plus grand mensonge politique de ce quinquennat. Ils étaient porteurs d'espoir, ils sont devenus une catastrophe nationale. Tout a été vidé de son sens, tous les textes que Serge a évoqué sont là, mais au lieu d'y mettre le verbe 'devoir', on y met le verbe 'pouvoir'", regrette-t-il. Et de poursuivre : "Le texte devrait dire clairement que ces 10% devraient aller sans aucune hésitation dans la poche des agriculteurs."

En clair, selon Périco Légasse, le système qu'entendait combattre le gouvernement avec cette loi n'est remis en cause "que virtuellement". "Mais dans les textes de loi, il n'y a pas de contrainte obligatoire pour les distributeurs de répercuter cette marge sur les agriculteurs."

"Un suivi tous les six mois". Moins radical, Serge Papin se veut rassurant. "Les ordonnances sont expérimentales, et un suivi doit être fait tous les six mois", nuance-t-il. Pas de contrainte, mais un encouragement formel, c'est selon lui "une occasion unique pour les distributeurs de prendre leurs responsabilités et de quitter le rapport de force." La balle est donc dans leur camp.

Europe 1
Par Anaïs Huet