Les cas de grippe se multiplient : "Là, on est vraiment dans la courbe ascendante de l'épidémie"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Europe 1 a passé une journée avec l'un des praticiens de SOS médecin en Île-de-France. Depuis ce week-end, les cas de grippe constituent l'essentiel de ses consultations. 
REPORTAGE

La grippe est désormais bien installée en France. Après l'Occitanie, plusieurs régions sont désormais touchées : la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand-Est, les Hauts-de-France, et l'Île-de-France notamment. Autour de Paris et dans la capitale, SOS médecins reçoit de plus en plus d'appels, à tel point que lundi, le service médical a dû renforcer ses effectifs. Europe 1 a passé la journée avec l'un des médecins de la plateforme.

Un virus qui n’est pas si anodin. Enveloppé dans sa couette, Salvatore, 28 ans, grelotte. Ses nausées, maux de tête et courbatures sont les symptômes d'une grippe extrêmement violente. Appelé à son chevet, le docteur Antoine Smania préfère l'envoyer à l'hôpital pour un bilan. "Vous ne pouvez pas rester comme ça", estime-t-il. Pour ce praticien, qui fait face à son huitième cas de grippe de la journée, il n'est pas question de banaliser ce virus.

Une hausse du nombre de cas. "Il y a eu une montée en puissance ce week-end. Là, on est vraiment dans la courbe ascendante de l'épidémie de la grippe", explique-t-il. Pour sa prochaine visite, le standard a relevé des douleurs abdominales, des nausées et des courbatures. "Le mot 'courbature', depuis une semaine, nous oriente fortement vers la grippe", glisse le praticien.

Et arrivé sur place, c’est bel et bien une grippe intestinale qu'il diagnostique à Allan et sa fille de neuf ans. Ce jeune père avoue avoir complètement oublié de se faire vacciner. "Je me suis occupé de ma fille et après je me suis senti patraque, j'ai eu de la fièvre, des maux de tête, des courbatures…"

Vers un pic de l'épidémie début-février. Les cas de grippe vont encore se multiplier en Île-de-France, selon le médecin Antoine Smania. Dans la région, le pic de l'épidémie devrait être atteint d'ici deux semaines.

Europe 1
Par Pauline Jacot, édité par Romain David