Le cas de Pierre Ménès doit être "réglé avec son employeur", selon la ministre des Sports

  • A
  • A
La ministre des Sports a remercié les femmes journalistes de sport ayant témoigné de leur vécu au travail dans le documentaire de Canal+.
La ministre des Sports a remercié les femmes journalistes de sport ayant témoigné de leur vécu au travail dans le documentaire de Canal+. © Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Partagez sur :
Le chroniqueur de Canal+ Pierre Menès a récemment été mis en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles. Canal+ a diffusé dimanche dernier "Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste", un documentaire dénonçant le harcèlement sexiste des femmes journalistes de sport. Mais le site d'information "Les Jours" accuse la chaîne d'avoir coupé des séquences mettant en cause l'un de ses consultants, Pierre Ménès.

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a renvoyé "à son employeur" le sort du chroniqueur vedette de Canal+ Pierre Ménès, incriminé dans un documentaire relatant sexisme et agressions sexuelles, et remercié les femmes journalistes de sport y ayant témoigné de leur vécu au travail. "Je leur dis merci d'avoir parlé et soulevé ce sujet, comme cela s'est fait dans d'autres secteurs d'activité", a commenté la ministre ce jeudi sur Franceinfo, insistant sur "la parité" et "la mixité" dans la pratique, les instances dirigeantes, "et tout au bout de la chaîne sur un plateau où l'on parle de sport", a-t-elle dit.

Canal+ a été accusé ce lundi d'avoir censuré le documentaire "Je ne suis pas une salope" de Marine Portolano et Guillaume Priou pour protéger Pierre Ménès, les passages le mettant en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles ayant été coupés de la version finale, selon le site Les Jours. Devant le tollé, un passage a ensuite été diffusé ce lundi soir sur dans l'émission "Touche pas à mon poste", sur C8 (groupe Canal+), qui recevait Pierre Ménès, et ce dernier a alors tenté de faire acte de contrition.

La responsabilité de Canal+

"Aujourd'hui, ce cas-là précisément concerne l'employeur de Pierre Ménès, comme cela concerne les employeurs de mettre à l'antenne, de favoriser, d'accréditer et de légitimer la présence de personnes qui pensent cela", a expliqué Roxana Maracineanu. "On vit dans une société où ce type de question et ce type de réponse n'a plus sa place", a-t-elle encore dit. En août 2016, à la fin d'une émission du "Canal Football Club", Pierre Ménès aurait soulevé la jupe de Marie Portolano avant de lui attraper les fesses, "hors antenne mais face au public", affirme le site Les Jours. Des faits en partie contestés par Pierre Ménès, qui a seulement reconnu avoir soulevé la jupe de la journaliste.

Interrogé par ailleurs sur le fait qu'elle se soit dit, à l'Assemblée la semaine dernière, "sensible à la question de la publicité après vingt heures", avec en ligne de mire les JO de Paris-2024, elle a affirmé ce jeudi que "l'enjeu est de voir plus de sport féminin à la télévision, plus de sport en clair et c'est vrai que le service public est le meilleur endroit pour le faire". "Ce n'est pas moi qui déciderai, c'est Roselyne Bachelot", la ministre de la Culture, a-t-elle ajouté.