Laurent Wauquiez réclame des mesures de protection des églises, après des dégradations

, modifié à
  • A
  • A
La semaine dernière, des dégradations ont visé cinq églises catholiques dans l'Hexagone. © SEBASTIEN BOZON / AFP
Partagez sur :

Après une série de dégradations commises dans des églises ces derniers jours, le patron des Républicains demande à l'État de sécuriser davantage les lieux de culte chrétiens. 

Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a réclamé mercredi des "mesures pour assurer la protection des églises" après une série de dégradations dans des lieux de culte catholiques, s'inquiétant d'une "christianophobie" en France. "Je demande au gouvernement de veiller à ce qu'on puisse assurer la sécurité de nos églises", a déclaré le chef de file de l'opposition de droite, à l'issue d'une visite de la cathédrale de Lavaur, dans le Tarn, victime la semaine dernière de dégradations pour lesquelles deux adolescents doivent être jugés en mars. 

Wauquiez regrette une "absence de réactions". "Plusieurs églises profanées en peu de jours, ce n'est pas quelque chose d'anodin, c'est quelque chose qui blesse la France", s'est-il ému lors d'un point presse. "Il ne faut pas qu'il y ait d'omerta" sur cette question, a insisté Laurent Wauquiez. Il s'est dit "très étonné de l'absence de réactions de bien des responsables politiques et du gouvernement". "Oui, il y a une christianophobie dans notre pays, c'est certain, et je pense que ce sont des sujets qu'on ne met pas suffisamment sur la table", a-t-il ajouté. Mais les églises doivent rester ouvertes, a-t-il souligné, appelant à "aider les communautés paroissiales" en ce sens.

"Pas un acte antichrétien". Deux jeunes de 17 ans ont avoué avoir commis des dégradations dans la cathédrale de Lavaur, allumant un feu sur un autel qui a enfumé l'édifice et tordant une statue de Christ en croix pour simuler un "dab". "Dans leur tête, il n'y a pas de profanation (…), ce n'est pas un acte antichrétien selon leurs dires, eux m'ont bien dit que c'étaient des bêtises de jeunes", a affirmé le curé de la paroisse, Joseph Decuick. Mais il a lui aussi déploré de fréquentes dégradations d'églises et que "dans les médias on parle d'autres profanations (...) on parle d'antisémitisme, de l'islamophobie", mais "ce problème grave en France, on n'en parle pas".

La semaine dernière, des dégradations ont visé cinq églises catholiques dans l'Hexagone. En 2017, le ministère de l'Intérieur a dénombré 978 atteintes aux édifices religieux et aux sépultures, dont 878 contre des lieux chrétiens. 

L'Etat protège "tous les cultes". Le secrétaire d'Etat Laurent Nuñez a assuré mercredi soir que l'Etat "est présent pour la protection de tous les cultes" y compris le culte catholique. "Nous avons une attention qui porte sur tous les cultes et ce depuis maintenant de nombreuses années avec la menace terroriste", a-t-il rappelé. "Nous avons dans les services de police et de gendarmerie des référents qui sont en contact avec les lieux de tous les cultes, y compris les lieux de culte catholique pour organiser des rondes et patrouilles, des protections quand il y a des cérémonies plus sensibles (...) Ces lieux de culte sont bien pris en compte par les dispositifs de sécurité", a déclaré Laurent Nuñez.