Lait contaminé : Lactalis "dément et condamne fermement" de nouvelles accusations "sans fondement"

, modifié à
  • A
  • A
Mercredi, le groupe a réagi à ces nouvelles accusations en affirmant que ces dernières étaient "sans fondement".
Mercredi, le groupe a réagi à ces nouvelles accusations en affirmant que ces dernières étaient "sans fondement". © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :
Le groupe Lactalis a réagi mercredi aux révélations du "Canard Enchaîné". L'hebdomadaire affirme que 8.000 tonnes de lait en poudre sortant de l'usine de Craon a été vendu alors que ce lait présentait un risque de contamination.

Le géant français Lactalis a démenti mercredi avoir vendu 8.000 tonnes de lait en poudre potentiellement contaminé, répondant aux informations parues dans Le Canard Enchaîné qui s'appuyait sur des documents fournis par la préfecture de Mayenne.

"Les 8.000 tonnes visées par le Canard Enchaîné ont été fabriquées sur la Tour 2 non objet de la contamination et conditionnées sur un circuit d'ensachage indépendant. Aussi en toute transparence avec les autorités, ces produits n'étaient pas concernés par le retrait/rappel", a indiqué Lactalis dans un communiqué "condamnant fermement" des "accusations sans fondement".

Du lait destiné à des préparations industrielles. Dans son édition de mercredi Le Canard Enchaîné révèle que l'entreprise aurait continué à vendre 8.000 tonnes de lait en poudre sorties de l'usine de Craon (Mayenne) qui a été au coeur d'un scandale de contamination en fin d'année dernière, sur des laits infantiles. Le lait en poudre incriminé était cette fois destiné à des préparations industrielles comme des flans ou des glaces. 

Lactalis assure que le phénomène de contamination a "toujours été limité à la tour 1" de l'usine qui a été depuis définitivement fermée. La production de lait infantile a repris début juillet dans la tour 2.